Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Alphabet se sépare de Makani, sa filiale développant des éoliennes volantes

Vidéo Le groupe Alphabet, maison-mère de Google, se sépare de sa filiale spécialisée dans les énergies renouvelable. Makani, qui développe une éolienne volante ressemblant à un cerf-volant, est encore trop loin de la commercialisation de son produit. L'entreprise espère néanmoins poursuivre son développement.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Alphabet se sépare de Makani, sa filiale développant des éoliennes volantes
Alphabet se sépare de Makani, sa filiale développant des éoliennes volantes © Makani

Alphabet arrête les frais avec son projet d'éolienne volante. La maison-mère de Google a annoncé le 18 février 2020 sa décision de se séparer de Makani, sa filiale dédiée à la conception d'éoliennes ressemblant à des cerfs-volants. Chaque appareil est en fait une aile dotée de 8 mini-turbines et reliée par un câble à une attache.

 

Une route trop longue vers la commercialisation

La start-up Makani a été fondée en 2006 et a été rachetée par Alphabet en 2013. Dans un premier temps, elle a intégré Project X, le laboratoire d'Alphabet dédié aux projets futuristes. Durant cette période, Makani est passé d'un prototype produisant 20 kW à un modèle capable de générer 600 kW.

 

 

Après cette phase d'incubation, Makani est devenue une filiale indépendante. Son but était alors de devenir économiquement viable. Un objectif qui semble plus compliqué que prévu à atteindre. "Malgré d'importants progrès techniques, la route vers la commercialisation est plus longue et plus risquée qu'espérée", concède Fort Felker, le CEO de Makani dans un poste sur Medium.

 

Ce sont ces difficultés qui ont conduit Alphabet à choisir de se séparer de sa filiale. "S'il est tentant de dire que toutes les idées liées au climat méritent d'être financées, rester lucides et orienter ses ressources vers les opportunités où nous pensons pouvoir avoir le plus grand impact n'est pas seulement une bonne affaire, c'est essentiel quand il s'agit d'un problème aussi urgent que la crise climatique", explique à TechCrunch Astro Teller, "capitaine des moonshots" au sein de Project X et président du conseil d'administration de Makani.

 

 

Shell à la rescousse de Makani ?

Makani compte toutefois poursuivre ses activités. "Shell explore les options possibles pour continuer à développer la technologie de Makani", assure Fort Felker. L'entreprise pétrolière anglo-néerlandaise, qui collabore avec Makani depuis 2019, l'a notamment aidé à tester sa technologie au large de la Norvège en août dernier.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media