Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Alsatis, le "pompier du numérique" qui mise sur les technologies radio pour amener le Très Haut Débit dans les zones blanches

Depuis quelques mois, Alsatis a le vent en poupe. L'opérateur toulousain de réseaux de télécommunications surfe sur les promesses faites par les politiques d'amener le Très Haut Débit (THD) partout sur tous les territoires français. Sa recette : le mix technologique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Alsatis, le pompier du numérique qui mise sur les technologies radio pour amener le Très Haut Débit dans les zones blanches
Alain Zarragoza, directeur des opérations et Antoine Roussel, directeur général d'Alsatis. © Alsatis

Antoine Roussel, directeur général d'Alsatis, en est convaincu, l’objectif du très haut débit pour tous à horizon 2022 ne pourra pas être atteint sans un recours au mix technologique. A elle seule, la fibre optique ne pourra pas répondre à toutes les attentes. "Avant qu'elle n'arrive partout, aux confins de tous les territoires français, nous avons de belles perspectives de croissance devant nous, avec une solution franco-française adaptée aux problématiques des zones grises ou blanches et pour un coût beaucoup, mais beaucoup moins élevé, d'un rapport de 1 à 100", se félicite le directeur général de cette PME de cinquante salariés, créée en 2004 à Toulouse pour amener du débit internet sur les territoires délaissés par les réseaux des opérateurs traditionnels.


Des réseaux THD radio de nouvelle génération

La société toulousaine a développé une véritable expertise dans le déploiement de réseaux à partir de technologies radios de type Wifi et Wimax. La société conçoit des infrastructures à partir de stations (antennes relais), qui alimentent chacune une zone d'environ 20 km de rayon. Le système a déjà fait ses preuves. Les ingénieurs de la société dimensionne le projet en fonction de la typologie, et souvent de la topographie de la zone blanche concernée.


En une quinzaine d'années, Alsatis, qui se définit comme un "pompier du numérique", est devenu l'interlocuteur de nombreux RIP (Réseaux d'initiative publique) un peu partout en France, pour environ 130 000 foyers couverts. Parmi ses clients historiques : Toulouse Métropole, le département de la Haute-Garonne, via Haute-Garonne Numérique et le département de l'Isère. Ses solutions ont progressivement évolué du HD vers le THD pour répondre aux besoins du marché.


Depuis un an, Alsatis s'est lancée dans le THD radio de nouvelle génération, en technologie LTE-4G, avec une solution co-développée en partenariat avec la société d'ingénierie Serma Group, basée à Pessac (Gironde). Un premier contrat a été signé avec le conseil départemental de la Vendée, pour assurer une couverture THD sur toutes ses zones blanches, à partir d'un réseau de 23 antennes relais. Un contrat de 5 millions d'euros pour couvrir environ 30 000 foyers.


D'autres marchés attendus pour 2019

"Nous répondons actuellement à d'autres appels d'offres et nous espérons décrocher de nouveaux marchés de ce type dans les prochains mois", souligne Antoine Roussel. A plus long terme, le dirigeant est confiant. "Les projets de fibre optique se sont multipliés sur les derniers 18 mois et je n'en connais aucun qui soit à l'heure. Certains départements viendront bientôt frapper à notre porte pour trouver des solutions de transition qui leur permettent de respecter les délais sur lesquels ils se sont engagés auprès de leurs concitoyens". En parallèle, la société mise aussi sur le développement des services pour accélérer sa croissance, avec ses deux grandes offres commerciales, l'une en direction des particuliers, baptisée Alsatis Télécom (accès internet, téléphonie, télévision) et la seconde, Alsatis Entreprises, en direction des PME et ETI (accès internet, sécurité, téléphonie, cloud, hébergement).


30 emplois supplémentaires dans les 3 ans

"C'est un horizon lumineux qui s'offre à nous pour les 5 prochaines années avec des perspectives de croissance sur nos trois métiers", insiste Antoine Roussel. D'ici à 3 ans, la société table sur un chiffre d'affaires de 20 millions d'euros et prévoit de porter son effectif à 80 salariés.


Alsatis, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 10,5 millions d'euros en 2018, emploie actuellement une cinquantaine de salariés, dont une quarantaine à Toulouse et une dizaine répartie entre ses 3 agences commerciales de Montigny-le-Bretonneux (Les Yvelines ), Saint-Herblain (Loire-Atlantique) et Saint-Quentin-Fallavier (Isère) et ses deux centres techniques de La Roche-sur-Yon (Vendée) et d'Angoulême, en Charente. Une filiale, créée aux USA, dans le Maryland, emploie une demi-douzaine de salariés pour un chiffre d'affaires de quelque 500 000 dollars.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media