Alstom poursuit ses tests autour du train autonome

Alstom a testé son système d'exploitation automatique des trains (ATO) aux Pays-Bas. La locomotive de manœuvre était également équipée d'un système intelligent de détection et de reconnaissance des obstacles (ODS), ce qui lui a permis de rouler de façon autonome (démarrage, arrêt, détection des obstacles, etc.).

Partager
Alstom poursuit ses tests autour du train autonome

Bientôt plus de conducteur à bord des trains ? Alstom poursuit ses essais d'automatisation. Les derniers tests en date ont été menés le 29 novembre 2022 près de Breda, aux Pays-Bas. Le Français a fait circuler de façon autonome une locomotive de manœuvre qui est utilisée pour déplacer des véhicules isolés ou des rames complètes. Ces locomotives sont notamment exploitées sur les gares de triage, les plateformes, les sites industriels pouvant recevoir des wagons, etc.

Alstom parle d'une automatisation GoA4 lors de laquelle le démarrage, la conduite et l'arrêt sont entièrement automatisés, de même que la fermeture des portes. Ces tests visent à mettre au point les premiers jalons pour diverses applications en exploitation commerciale sur les grandes lignes et à différents niveaux d'automatisation.

Un système de détection des obstacles

A l'occasion de ces expérimentations, la gestion des imprévus et des obstacles sur le parcours se fait également sans intervention directe du personnel du train. "En intégrant une détection avancée des obstacles dans nos systèmes de conduite autonome, nous avons montré qu'il était possible de faire en sorte que les trains 'voient' devant eux et fassent face à l'imprévu en toute sécurité", explique Stéphane Féray-Beaumont, vice-président de l'innovation et de la mobilité intelligente chez Alstom, dans un communiqué.

Concrètement, le système intelligent de détection et de reconnaissance des obstacles (ODS) transmet les informations collectées (présence d'une voiture, d'un piéton, d'un wagon, etc.) au système d'exploitation automatique des trains (ATO), développé par Alstom, qui peut alors prendre la bonne décision de conduite. La locomotive autonome a même été confrontée à un aiguillage mal positionné. Alstom n'en est pas à son premier test de son système ATO, puisque des expérimentations ont déjà été menées en France, en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas, en Suisse et au Royaume-Uni.

Le système ODS, développé par Niart qui est une spin-off de systèmes automobiles créée par Elta Systems, peut détecter efficacement les obstacles jusqu'à 500 mètres dans toutes les conditions météorologiques et de visibilité. ODS repose sur un radar numérique à haute résolution ainsi qu'un système électro-optique multispectral. Le tout agrémenté d'algorithmes d'apprentissage automatique. La distance de détection est suffisante pour les trains autonomes dans les gares de triages.

Plusieurs projets d'automatisation

L'automatisation des trains vise à augmenter la capacité du réseau, à réduire les coûts, à réaliser des économies d'énergie et à rendre les opérations plus flexibles. Alstom n'est pas la seule entreprise à travailler sur un tel projet. La SNCF mène un projet avec différents partenaires afin de mettre des TER autonomes en circulation à partir de 2025.

Ce consortium, regroupant Alstom, Bosch, Thales, Spirops et l'Institut de Recherche Technologique Railenium, a été dévoilé en grande pompe en septembre 2018. Thales a également réalisé avec succès de premiers essais dans le cadre d'un programme mené au Canada visant à mettre au point des technologies autonomes avancées pour les systèmes ferroviaires.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS