Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Altran veut connecter l’Asie

Le groupe français d’ingénierie crée une joint-venture avec Beyondsoft Corporation, une entreprise chinoise cotée à la bourse de Shenzhen.
mis à jour le 14 juin 2013 à 14H36
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Altran veut connecter l’Asie
Altran veut connecter l’Asie © Altran

Altran crée une joint-venture avec Beyondsoft Corporation, une entreprise chinoise, spécialisée dans les services informatiques et les solutions industrielles, cotée à la bourse de Shenzhen. L’ingénieriste français coopère depuis plus d’un an avec elle. Dans un premier temps, il détiendra 51% du capital de cette société commune. La croissance en Asie s’inscrit dans le plan stratégique du groupe, initié en 2011par le PDG Philippe Salle. La JV Altran-Beyondsoft Technologies sera spécialisée dans les services d’ingénierie tournés vers les systèmes intelligents.

Un marché immense

Selon le cabinet IDC le marché mondial des systèmes intelligents représenterait près de 1 400 milliards de dollars à l’horizon 2016. La progression moyenne de ce marché convoité est de 16% par an depuis 2011, avec des pointes à 45% dans la santé et 55% dans l’énergie. Cette nouvelle génération de systèmes embarqués, hautement connectés, utilisant des puissances de traitements décuplées, afin d’exécuter des applications complexes et générer de nouveaux services touche tous les secteurs industriels.

Pour répondre à ces nouvelles problématiques le groupe d’ingénierie a lancé au début de l’année une division "Intelligents Systems" comptant 3 000 experts répartis sur 13 pays en Europe, aux États-Unis et en Asie. "Afin de les aborder de façon globale, Altran compte créer des synergies d’expertises, de transversalité et de compréhension de ses problématiques", nous précisait Pascal Brier, vice-président exécutif, Industries et Solutions Business Development. Altran-Beyondsoft proposera des services de R&D dans les secteurs de l’électronique, de l’ingénierie industrielle et de la connectivité, afin de satisfaire les besoins de clients basés en Chine et travaillant dans les secteurs des télécoms et de l’automobile.

Elle vise tout d’abord les fabricants européens d’équipements télécoms qui développent leurs investissements à proximité du marché asiatique. "Le marché chinois des télécommunications et de la connectivité affiche plus d’un milliard d’abonnés dans la téléphonie mobile et l’un des plus grands parcs de smartphones, tablettes et autres appareils connectés. Les investissements dans les infrastructures de réseau aux représentés 25 milliards de dollars en 2012", précise David Nicolas, directeur général d’Altran Chine et Asie du Sud Est. Selon Altran, le succès des systèmes intelligents de demain dépendra de trois facteurs : une plus grande attention portée aux utilisateurs, l’intégration des technologies en toute sécurité et enfin la rentabilité. L’invention de nouveaux modèles économiques rentables sera, sans nul doute, l’un des plus grands défis.

Tourné vers quatre domaines principaux, l’ingénierie mécanique, le cycle de vie des produits, les systèmes intelligents et les systèmes d’information, Altran compte désormais 20 000 salariés et a enregistré un chiffre d’affaires de 1,45 milliard d’euros en 2012. 

Didier Ragu

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale