Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Amazon accusé de recourir indirectement au travail forcé via ses fournisseurs chinois

L'organisation Tech Transparency Project reproche à Amazon de maintenir des relations commerciales avec des sous-traitants plus ou moins liés à l'exploitation des populations ouïghoures en Chine.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Amazon accusé de recourir indirectement au travail forcé via ses fournisseurs chinois
Amazon accusé de recourir indirectement au travail forcé via ses fournisseurs chinois © Peter Fuchs - Flickr - C.C.

Amazon a-t-il indirectement recours au travail force des Ouïghours en Chine, par le biais de ses fournisseurs ? Selon l'ONG américaine Tech Transparency Project (TTP), cinq sous-traitants apparaissant dans la liste des fournisseurs d'Amazon sont liés directement (Luxshare Precision Industry, AcBel Polytech, Lens Technology) ou indirectement (GoerTek, Hefei BOE Optoelectronics) à l'exploitation des minorités ethniques musulmanes dans la région du Xinjiang en Chine. Ces populations font l'objet de déportations dans des camps de travail situés dans d'autres régions chinoises.

La rupture n'est pas consommée
L'ONG rapporte en outre qu'Amazon a maintenu sur sa liste de fournisseurs pendant plus d'un an des filiales du groupe textile Esquel, après que les États-Unis lui ont imposé des sanctions pour son implication dans le travail forcé en Chine.TTP reproche à Amazon de laisser des revendeurs tiers vendre des produits à base de coton du Xianjiang sur sa place de marché, alors que le gouvernement américain l'a interdit.

Tous les noms de sous-traitants cités par Tech Transparency Project sont déjà sortis dans la presse par le passé. Mais l'ONG accuse Amazon de maintenir ses liens commerciaux avec eux malgré les preuves justement avancées, ou de continuer à entretenir des relations avec des entreprises recourant elles-mêmes au travail forcé par le biais de sous-traitants avec lesquels Amazon a arrêté de travailler directement. C'est le cas de GoerTek, spécialisée dans les équipements acoustiques, et de Hefei BOE, qui produit des écrans LCD.

Des actes, pas des paroles
Luxshare, qui produit les Airpods d'Apple, a été épinglée dans une enquête de The Information en 2021. Le média avait également enquêté sur le taïwanais AcBel Polytech, spécialisé dans les alimentations d'appareils électroniques. Les liens de Lens Technology, qui fabrique des composants pour les écrans tactiles, avec les camps de travail forcé avaient été rendus publics dans un article du Washington Post fin 2020.

Comme le reconnaît TTP, Amazon édicte clairement que ses fournisseurs ne doivent pas avoir recours au travail forcé et que l'entreprise "ne tolère pas les fournisseurs qui exploitent les travailleurs par le biais de la menace, de la force, de la coercition, de la séquestration, ou de la fraude". L'organisation voudrait que cet engagement se vérifie dans la sélection des sous-traitants de l'entreprise. Interrogée par The Verge, une porte-parole d'Amazon n'a pas commenté ces accusations, rappelant simplement sa ligne de conduite officielle.