Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Amazon Prime Air : un projet qui "s'effondre sur lui-même", selon d'anciens salariés

Vu ailleurs Au Royaume-Uni, la division Prime Air d’Amazon, en charge du développement d'un service de livraison par drone continue sa campagne de licenciement. Plus de 100 salariés ont été remerciés ou transférés dans d’autres services, selon des sources internes. D’autres dysfonctionnements ont été dévoilés faisant planer le doute sur la viabilité du projet.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Amazon Prime Air : un projet qui s'effondre sur lui-même, selon d'anciens salariés
Amazon Prime Air : un projet qui "s'effondre sur lui-même", selon d'anciens salariés © Amazon

Un projet qui "s'effondre sur lui-même". Ces mots, prononcés par d'anciens salariés d'Amazon Prime Air, concernent le projet du géant de l'e-commerce d'établir un service de livraison par drone. Sa division britannique Amazon Prime Air, en charge de ce projet, s’est séparée de plus de 100 employés, rapporte Wired ce mardi 3 août.

"Salariés surchargés", fonctionnement "dysfonctionnel", ou encore "chaos organisé" dirigé par des managers "détachés de la réalité". Les mots prononcés par d'anciens employés sont durs et mettent en avant les dessous d'un projet lancé il y a cinq ans tout juste au Royaume-Uni et qui vacille aujourd'hui.

Une projet qui s'effrite
L’objectif à l’époque était de proposer des livraisons par drone dans les prochaines années. Aidée par une législation propice, la société s’est installée outre-Manche et a ouvert un bureau à Cambridge pour développer son offre. "Amazon a offert des visites de son laboratoire de drones aux écoles locales, et a diffusé une série de vidéos promotionnelles des vols qui ont été vues par des millions de personnes", indique le média.

Pourtant, peu à peu le projet semble s’effriter. Les vidéos promotionnelles ont été retirées et la société a cessé de promouvoir son projet à l'exception des interventions occasionnelles de cadres comme Jeff Wilke selon lequel, les drones de livraison deviendraient une réalité "dans les mois à venir". En février 2020, Amazon se serait même séparé d’une équipe de dizaines de personnes au Royaume-Uni dédiées à l'analyse des images de drones pour identifier les humains et les animaux, pour ensuite rouvrir l'unité des mois plus tard.

"Des promesses qui ne peuvent être tenues"
Désormais, l'ensemble de l'équipe britannique d'analyse des données du projet a été licenciée, rapporte Wired. D'autres histoires citées dans l'article incluent la rotation rapide du personnel senior, un employé buvant de l’alcool à son bureau dès le matin et un autre approuvant toutes les images sans les vérifier ni tenir compte des dangers potentiels. Un des problèmes mis en avant par d'anciens salariés est la nomination "de personnes ne connaissant rien au projet" à des postes à responsabilité et qui l'ont "survendu" auprès de responsables d'Amazon. "Il y a tant de promesses qui ne peuvent être tenues", ont-ils ajouté.


Un porte-parole de la société affirme qu'il y aura toujours une présence de Prime Air au Royaume-Uni malgré les licenciements. Des postes auraient été trouvés dans d'autres secteurs de son activité pour certains employés, a-t-il confié sans détailler le nombre exact de licenciement ou de transfères internes. Bien qu'elle ait été l'une des premières grandes entreprises à s'intéresser aux drones, Amazon a eu du mal à développer ses technologies et a rapidement été dépassé par Wing, la filiale de Google, et UPS dans la course à l'obtention des certifications réglementaires et aux différents tests de livraisons par drones.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.