Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Amazon teste sa technologie de reconnaissance de la main dans l'industrie du divertissement

Amazon noue un partenariat avec l'entreprise de billettique AXS autour de sa technologie de reconnaissance de la paume de la main Amazon One. AXS va installer deux bornes au Red Rocks Amphitheatre afin que les personnes puissent lier leur compte AXS à leur paume de la main et entrer plus rapidement (et sans contact) dans les événements.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Amazon teste sa technologie de reconnaissance de la main dans l'industrie du divertissement
Amazon teste sa technologie de reconnaissance de la main dans l'industrie du divertissement © Amazon

Amazon One, la technologie de paiement par reconnaissance de la main, est utilisée au-delà du retail et du paiement. Amazon a annoncé mardi 14 septembre 2021 avoir noué un partenariat avec AXS, une entreprise de billettique qui gère les entrées dans certains lieux de divertissement.

AXS utilise cette technologie comme borne d'accès pour entrer dans le Red Rocks Amphitheatre, un amphithéâtre naturel fait dans la roche situé dans le Colorado. Une grande première pour la plateforme d'e-commerce qui, jusqu'à présent, utilisait cette technologie uniquement comme moyen de paiement dans certains de ses magasins Amazon Go, Amazon Books ou Whole Foods Market.

Réduction du temps d'attente
En entrant dans un événement à l'amphithéâtre Red Rocks, il est possible de scanner classiquement son billet numérique ou de lier la paume de sa main à son identifiant AXS en s'inscrivant sur la borne Amazon One dédiée. L'enregistrement prend moins d'une minute, selon Amazon, et il est possible de choisir de s'identifier avec une seule paume ou les deux. Une première borne est située à l'entrée de l'amphithéâtre. Une seconde, à l'intérieure, permet de s'enregistrer pour des événements futurs.

Concrètement, une fois cet enregistrement réalisé, il est possible d'entrer à tous les événements de l'amphithéâtre Red Rocks en passant par la file dédiée qui permet de scanner sa main, et non pas son billet ou son identifiant, sur une borne. La promesse pour les utilisateurs Amazon One : une réduction du temps de l'attente pour pénétrer dans l'amphithéâtre Red Rocks. Scanner la paume de sa main se fait rapidement alors que cela peut prendre du temps de chercher son billet. Cette technologie permet également de respecter les règles de distanciation sociale et de diminuer les interactions avec le personnel. Une aubaine à l'heure de l'essor d'un commerce sans contact.

Du retail au divertissement
Cette technologie n'a pas été inventée par Amazon. Le Japonais Fujitsu a été le premier à déployer PalmSecure en magasin et a été précédé par des banques japonaises dans les années 2000. Mais avec sa force de frappe, Amazon pourrait démocratiser cet usage. Amazon One est désormais disponible dans plus de 60 magasins Amazon. Depuis que la technologie a été lancée, Amazon assure que des dizaines de milliers de clients se sont inscrits et ont utilisé le service pour entrer et payer dans des magasins.

Ce partenariat avec AXS fait sortir cette technologie du seul paiement des achats du quotidien. Amazon One met un pied dans l'industrie du divertissement et de la billettique. Ce partenariat avec AXS va-t-il faire des émules ? Si cette technologie est plébiscitée par les clients du Red Rocks, il est probable qu'AXS la déploie dans d'autres lieux. Mais pour l'instant, l'identification par la paume de la main n'est pas habituelle et soulève quelques questions.

Amazon met en en avant la sécurité de son système, le stockage et la gestion de ces données. Toutefois, groupe de sénateurs américains a envoyé une lettre à Andy Jassy, le nouveau CEO d'Amazon, afin de savoir comment sont traitées ces données biométriques. Dans leur viseur également : la stratégie commerciale d'Amazon qui a décidé d'offrir un bon d'achat de 10 dollars aux personnes acceptant de  s'inscrire au programme Amazon One.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.