Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Amazon Web Services veut dominer tous les marchés du cloud

Lors de l'édition 2015 de sa conférence "re:Invent", Amazon Web Services a multiplié les annonces de nouveaux services. Objectif : simplifier au maximum la transition vers le cloud et conquérir de nouveau marchés, notamment celui de l'internet des objets industriels, attaquant ainsi de front Oracle et IBM.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Amazon Web Services veut dominer tous les marchés du cloud
Amazon Web Services veut dominer tous les marchés du cloud

Amazon Web Services a mis les bouchées doubles sur la sécurité et la simplicité, priorités en entreprise, lors de sa conférence "re:Invent", qui s'est tenue à Las Vegas du 6 au 9 octobre. Parmi les nouveaux outils annoncés, Quicksight, un nouveau service de Business Intelligence basé sur le cloud d'Amazon, disponible en test actuellement, coûtera "un dixième du prix d'un service de Business intelligence traditionnel", a affirmé le vice-président d'AWS Andy Jassy. 

 

SERvice tout en un y compris le chiffrement

Quicksight fournit des analyses et visualisations de données plus rapidement et simplement. Kinesis Firehose vise à faciliter la migration des données, et Snowball est un outil hardware qui permet de stocker des teraoctets de données et de les transférer sur le cloud. Selon Stephan Hadinger, Manager senior des solutions d'architecture, le dispositif a comme toutes les autres fonctionnalités été largement renforcé question sécurité. "Toute la gestion de chiffrement des données est prise en charge par AWS".

 

Amazon a particulièrement travaillé à "donner plus de visibilité et de contrôle" aux responsables sécurité. Un partenariat renforcé avec Accenture a également été annoncé, afin d'aider les entreprises à migrer vers le cloud AWS.  Le but est bien sûr de damer le pion à la concurrence, en se présentant comme l'offre la plus avancée pour les entreprises.

 

 

GARder une avance technologique

Amazon Web Services n'a pas eu de complexe à afficher sa confiance en l'avenir et toute la communication du groupe s'est appliquée à renforcer l'image de "numéro un". Los d'une session de questions-réponses avec la presse, Andy Jassy a balayé d'éventuelles inquiétudes concernant la Chine et l'avancée des acteurs locaux : "Nous sommes très enthousiastes concernant le marché chinois (...) et notre part de marché en Chine augmente très vite, nous avons jusqu'à présent opéré en mode preview tant que le gouvernement définit les régulations."

 

Concernant la concurrence, Andy Jassy est tout aussi sûr de la force d'AWS : "Toutes les grosses tech companies tentent de copier ce qu'AWS a construit. (...) Ce qui me surprend le plus, c'est combien de temps cela leur a pris. Mais tous ces acteurs sont très différents de nous, ils ont moins de services, moins de fonctionnalités, et la maturité de leur plateforme n'est pas comparable."

 

Et le VP d'AWS d'enfoncer le clou, visant cette fois à demi-mots les géants Oracle ou IBM : "La plupart des tech companies, en particulier les plus vieilles, ont perdu la volonté et l'ADN d'inventer. Elles rachètent leurs inventions à d'autres (....) nous, nous embauchons des "builders" qui inventent. C'est notre principale différence dans la culture d'entreprise."

 

Une plateforme pour  l'internet des objets industriel

Werner Vogels, le CTO d'AWS, s'enthousiasme lui  du potentiel de l'internet des objets dans l'industrie - donnant l'exemple des données transférées vers le cloud depuis les turbines de General Electric ou des capteurs dans les puits de la compagnie pétrolière Shell. "On peut imaginer que Shell devienne une entreprise de stockage grâce à ces capteurs, et non plus de raffinerie!" a-t-il ajouté.

 

Pour conquérir ce marché, Amazon a annoncé une plateforme IoT, disponible en beta, qui vise à faciliter pour les périphériques -  voitures, turbines, réseaux de capteurs, ampoules, etc. - la connexion aux services AWS afin que les entreprises puissent stocker, analyser et agir sur les volumes de données générées par les appareils connectés. Le streaming de ces analyses reste toutefois compliqué à réaliser, et le CTO a ajouté que la technique de machine learning serait intégrée dans presque tout le cloud AWS. 

 

Former les compétences manquantes

Boris Lecoeur, manager senior d'AWS, explique : "notre plus gros problème actuellement c'est de gérer notre croissance qui est en hausse constante". Selon lui, AWS se voit obligé de transférer des projets à des partenaires, faute de compétences disponibles. Ces derniers n'ont pourtant eux-mêmes souvent pas assez de personnel qualifié pour répondre à la demande. AWS collabore avec des universités pour former plus de gens, mais le manque d'employés qualifiés représente un défi majeur pour la croissance du géant.

 

En effet, AWS mise gros sur les projets d'éducation aux Etats-Unis, en partenariat avec des programmes comme Code.org, car peu d'individus ont connaissance des métiers du cloud. Si Amazon veut poursuivre son expansion, il va devoir former une armée.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.