Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Anduril lance un nouveau drone et récupère des fonds pour sa technologie de surveillance des frontières

Vu ailleurs Vidéo La start-up américaine Anduril développe des technologies qui permet de détecter des drones et des intrus. La start-up, qui propose des tours de contrôle, des drones furtifs et un logiciel qui peut combiner et analyser l'ensemble de ces informations, a déjà conclu plusieurs contrats avec le service des douanes et de la protection des frontières des Etats-Unis.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Anduril lance un nouveau drone et récupère des fonds pour sa technologie de surveillance des frontières
Anduril lance un nouveau drone et récupère des fonds pour sa technologie de surveillance des frontières © Anduril

Anduril, start-up fondée il y a trois ans par Palmer Luckey, l'un des fondateurs d'Oculus, a déjà conclu différents partenariats avec le service des douanes et de la protection des frontières des Etats-Unis (U.S. Customs and Border Protection, CBP). Le but : construire un "mur virtuel" le long des frontières pour intercepter les entrées illégales sur le territoire.

Une tour de surveillance autonome pour détecter drones et intrus
Anduril, qui a levé 200 millions de dollars en juillet 2019, a débuté sa relation avec le CBP via deux programmes pilotes déployés au Texas et à San Diego début 2018. Elle a testé sa technologie de tour de surveillance autonome utilisant des technologies de vision par ordinateur pour détecter drones et intrus. L'année suivante, la start-up a formalisé sa relation avec l'agence américaine en déployant des tours sentinelles du côté de San Diego et en signant un contrat pour en implanter au Texas. Elle mène également un nouveau programme pilote pour tester son matériel dans le froid du Montana et du Vermont.
 

La tour de détection développée par Anduril.


En juillet et en septembre 2020, Anduril a conclu de nouveaux contrats avec le CBP pour 25 et 36 millions de dollars, rapporte TechCrunch. Au total le service américain des douanes souhaite équiper les frontières d'environ 200 tours d'ici 2022. Une relation contractuelle qui pourrait rapporter plus de 200 millions de dollars à l'entreprise.

Les informations provenant de ces tours sont centralisées dans un logiciel baptisé Lattice. Cette plateforme logicielle peut recouper les données provenant de différents capteurs pour surveiller automatiquement des étendues de terrain très importantes. Cette solution est présentée par Anduril comme une alternative aux murs physiques, vantés notamment par Donald Trump mais qui sont à la fois complexes à mettre en œuvre, coûteux et peu efficaces.

Un drone furtif pour le renseignement
Anduril ne développe pas uniquement des tours, mais aussi des drones équipés de caméras qui viennent compléter le système. L'entreprise vient de dévoiler la quatrième version de son drone furtif Ghost 4. Ce drone peut rester 100 minutes dans les airs et communiquer ce qu'il voit à la plateforme Lattice, qui combine ces informations avec celles des tours et d'autres capteurs.

 


La dernière version du drone Ghost embarquerait directement les fonctions de vision par ordinateur de Lattice, ce qui lui permettrait d'identifier des cibles potentielles lui-même si la connectivité est trop faible, relate TechCrunch. Cette nouvelle version permet aussi à un seul opérateur de commander un groupe de drones formant un essaim pour couvrir une zone plus large et recouper différentes informations.

Anduril ne se limite pas qu'à la surveillance des frontières et déclare vouloir aussi proposer sa technologie pour surveiller des bases militaires ou des installations sensibles (y compris dans le privé). Le Ghost 4 repose sur un système modulaire et un design customisable qu'elle présente comme supérieur en tous points aux capacités d'un drone DJI Inspire. L'appareil peut donc être utilisé pour un éventail de missions allant du renseignement aérien à la surveillance et la reconnaissance, ainsi que pour renseignement et la guerre électronique... voire même la livraison.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media