Aniah lève 6 millions d'euros pour détecter les erreurs dans les règles électriques des puces

Aniah édite un logiciel de détection d'erreurs des règles électriques sur les semi-conducteurs. La deep tech, qui lève 6 millions d'euros, assure détecter rapidement 100% des erreurs sans avoir besoin de fabriquer la puce, ce qui représente un important gain de temps.

Partager
Aniah lève 6 millions d'euros pour détecter les erreurs dans les règles électriques des puces
Les cofondateurs d'Aniah : Rémi Moriceau et Vincent Bligny.

Aniah entend accélérer la conception de nouvelles puces. La deep tech qui édite un logiciel d'aide à la conception de semi-conducteurs lève 6 millions d'euros. Une levée de fonds en Série A annoncée le 21 novembre 2022 qui est réalisée auprès de Supernova Invest, BNP Invest, Crédit Agricole Sud Rhône Alpes (CASRA), Bpifrance et des business angels.

Vérification des règles électriques sur les puces

Aniah édite un logiciel pour la vérification des règles électriques en micro-électronique. "Lors de la conception du circuit, le schéma est récupéré et l'ensemble des erreurs sont trouvées avant la fabrication", explique Rémi Moriceau, cofondateur et directeur général d'Aniah. Souvent les puces sont fabriquées et les erreurs trouvées ensuite, avant de nouveau fabriquer les puces. Cela prend du temps dans un secteur où la première entreprise qui sort une puce avec de nouvelles fonctionnalités truste le marché. Avec son logiciel, Aniah propose de détecter en amont, et rapidement, les erreurs concernant les règles électriques.

"D'autres acteurs font d'autres vérifications sur les puces, mais pour la vérification des règles électriques, aucun autre acteur n'est présent", ajoute Rémi Moriceau. Le logiciel fonctionne pour tous les types de puces. "La configuration de l'outil est très réduite", ajoute-t-il. Pour l'instant, pour montrer la valeur du logiciel, Aniah organise des sessions de trois heures avec une dizaine d'ingénieurs qui sont formés et des erreurs sont trouvées sur une dizaine de circuits.

"Avec son algorithme Aniah résout une problématique qui ne l'était pas depuis 20 ans dans le monde de l'électronique", abonde Damien Bretegner, directeur d’investissement chez Supernova Invest. Il ajoute que les retours des clients concernant la performance de la solution et la facilité de son utilisation ont convaincu le fonds pour l'investissement. "Le logiciel a été testé par le CEA-Leti qui a fait d'excellents retours", glisse-t-il.

100% des erreurs sont détectées

Aujourd'hui, Aniah assure trouver 100% des erreurs et ne pas détecter trop de fausses erreurs puisque le ratio est de 1 pour 1000. "Il n'était pas envisageable de trouver que quelques erreurs, clame Rémi Moriceau. Il faut trouver toutes les erreurs." Pour éviter de détecter trop de fausses erreurs, la deep tech se concentre sur un mode de fonctionnement réaliste afin d'éliminer les erreurs virtuelles qui peuvent être détectées sur le schéma mais ne peuvent pas arriver en conditions réelles. Pour cela, le système remonte à la cause unitaire de l'erreur et ne regarde pas uniquement les effets.

"Plus le circuit analysé est grand, plus le logiciel va vite", ajoute Rémi Moriceau. Une donnée porteuse d'avenir puisque les circuits vont en se complexifiant et en s'agrandissant. Le cofondateur d'Aniah évoque un énorme marché en micro-électronique. D'autant plus que l'Europe a décidé d'investir massivement dans les semi-conducteurs avec son Chips Act. La deep tech a déjà a signé un premier partenariat avec STMicroelectronics et assure avoir quatre autres clients et être en train de signer un accord avec un important acteur allemand.

Vers un adossement de la start-up à un grand groupe

Avec cette levée de fonds, la start-up entend accélérer considérablement la commercialisation de son outil. Un bureau est ouvert à Taïwan et un premier partenariat est en discussion. Elle lorgne également sur le reste de l'Asie, Israël et l'Amérique du Nord. La pépite qui dispose aujourd'hui de 22 salariés entend recruter pour en avoir 45 en juin.

"Si Supernova Invest investit aujourd'hui, c'est pour revendre demain", glisse Damien Bretegner. Les ambitions sont claires : adosser Aniah à un géant dans les outils logiciels d'aide au design en micro-électronique d'ici quatre à cinq ans. Ce secteur est dominé par un acteur européen avec Siemens (Mentor Graphics) et deux acteurs américains que sont Cadence Design Systems et Synopsys. La trajectoire de sortie étant fixée dès à présent, il est possible de travailler dès maintenant à ce que cela se fasse dans les meilleures conditions afin de créer de la valeur pour Supernova Invest mais aussi pour les équipes d'Aniah.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS