Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Anthony Levandowski, l'ingénieur au cœur du conflit entre Waymo et Uber, a été gracié par Donald Trump

Vu ailleurs Anthony Levandowski, condamné pour avoir volé près de 14 000 dossiers confidentiels en quittant Waymo, est gracié par le président sortant Donald Trump. Des soutiens de Donald Trump ont plaidé la cause de cet ancien employé de Waymo et Uber, qui a fait des véhicules autonomes sa spécialité et a été au cœur du conflit juridique entre les deux entreprises.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Anthony Levandowski, l'ingénieur au cœur du conflit entre Waymo et Uber, a été gracié par Donald Trump
Anthony Levandowski, l'ingénieur au cœur du conflit entre Waymo et Uber, a été gracié par Donald Trump © Waymo

Donald Trump a gracié Anthony Levandowski, l'ancien employé de Google et d'Uber condamné pour vol de secrets industriels. Passé par Waymo, la division d'Alphabet en charge du développement des véhicules autonomes, Anthony Levandowski aurait volé près de 14 000 dossiers confidentiels en quittant cette entreprise, dont des calendriers de développement et des designs de produits. Puis, il a négocié peu de temps après son arrivée chez Uber via le rachat de sa start-up Otto.

Des soutiens de Donald Trump ont plaidé sa cause
Rapidement s'en est suivi une saga judiciaire entre les deux entreprises autour d'accusation de vol de secrets professionnels. Anthony Levandowski a été condamné en août dernier à 18 mois de prison après avoir plaidé coupable du chef d’accusation de vol d’informations. Il n'était pour l'instant toujours pas incarcéré en raison de son état de santé : il assure avoir subits des épisodes de pneumonies ces dernières années le rendant vulnérable au Covid-19. Suite à un recours, le juge avait précisé qu'il entrerait en détention une fois la pandémie de Covid-19 passée.

La demande de grâce accordée par le président sortant a été soutenue par différents acteurs du secteur de la Tech qui sont connus pour être des soutiens de Donald Trump, précise Reuters. Peter Thiel, Blake Masters et Palmer Luckey sont cités par la Maison-Blanche comme ayant plaidé la cause d'Anthony Levandowski. Il a "payé un prix significatif pour ses actions et prévoit de consacrer ses compétences au bien public", justifie encore la Maison-Blanche. Waymo a refusé de commenter l'information auprès de l'agence de presse.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.