Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

A Bruxelles, les pratiques anticoncurrentielles au coeur du nouveau duel entre Slack et Microsoft

Slack dépose une plainte contre Microsoft devant la Commission européenne. L'entreprise éditrice du logiciel de discussion de groupe reproche au géant américain d'abuser de sa position dominante en combinant Teams avec sa suite Office.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

A Bruxelles, les pratiques anticoncurrentielles au coeur du nouveau duel entre Slack et Microsoft
A Bruxelles, les pratiques anticoncurrentielles au coeur du nouveau duel entre Slack et Microsoft © Unsplash / Pankaj Patel

Slack a annoncé le 22 juillet avoir déposé une plainte contre Microsoft devant la Commission européenne. L'entreprise éditrice d'un logiciel de discussion de groupe éponyme reproche au géant américain d'abuser de sa position dominante en combinant son logiciel de discussion Teams avec ses autres solutions telles qu'Outlook, World, Excel et PowerPoint.

Vendre séparément Teams et Office
"Ce que nous demandons, c'est que Teams soit séparé de la suite Office et vendu séparément à un prix commercial équitable, afin qu'elle soit en concurrence avec nos produits", a déclaré l'avocat représentant Slack, David Schellhase, à Reuters. Slack ajoute dans son communiqué que ce faisant Microsoft "oblige des millions de clients à installer Teams, bloquer sa suppression et cache le coût réel pour les entreprises" utilisatrices d'Office. En d'autres termes, Slack attend de Bruxelles qu'elle oblige Microsoft à vendre Teams comme un produit à part de sa suite Office.

Slack pourrait même aller plus loin dans la procédure et engager des poursuites aux Etats-Unis. David Schellhase a confié être déjà en discussion avec les autorités antitrust de ce pays.

Microsoft prêt à coopérer avec Bruxelles
De son côté, Microsoft a annoncé qu'il allait pleinement collaborer avec l'exécutif européen pour lui apporter les preuves de l'absence de pratiques anticoncurrentielles. "Nous avons créé Teams pour associer la faculté de collaborer à la possibilité d’être connecté par vidéo car c’est ce que les gens veulent", s'est défendu un porte-parole de l'entreprise technologique.

C'est désormais à la Commission européenne de choisir ou non d'ouvrir une enquête sur les agissements de Microsoft dans ce secteur, qui a connu une explosion pendant la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Mi-mars, le géant américain annonçait avoir gagné 12 millions d'utilisateurs quotidiens en une semaine, un record. Les utilisateurs du logiciel de discussion de groupe sont passés de 44 à 75 millions entre mars et avril.

De son côté, Slack est utilisé par 12 millions de personnes à l'échelle mondiale. Cet écart s'explique en partie par l'absence de module de visioconférence dans Slack; un outil devenu indispensable pour tenir des réunions à distance.

Microsoft a été condamné à plusieurs reprises pour des pratiques anticoncurrentielles. Sa dernière peine date de 2013 où il avait été condamné par la Commission européenne à une amende de 560 millions d'euros pour avoir favorisé son navigateur web, Internet Explorer, au détriment de ceux de ses concurrent. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media