Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Antitrust : Après Spotify et Rakuten, Telegram poursuit Apple devant la Commission européenne

Vu ailleurs L'étau se resserre autour d'Apple. Après Spotify et Rakuten, c'est l'application de messagerie cryptée Telegram qui dépose une plainte devant la Commission européenne contre la firme de Cupertino. Elle l'accuse de violer le droit européen de la concurrence en appliquant une commission de 30 % aux développeurs tiers sur les revenus générés via les paiements depuis ses smartphones.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Antitrust : Après Spotify et Rakuten, Telegram poursuit Apple devant la Commission européenne
Antitrust : Après Spotify et Rakuten, Telegram poursuit Apple devant la Commission européenne © Telegram

Telegram a déposé une plainte devant la Commission européenne contre Apple, révèle le Financial Times le 30 juillet. Pour respecter le droit de la concurrence européen, l'application de messagerie cryptée estime qu'Apple doit "autoriser le téléchargement d'applications en dehors de l'App Store". Le géant américain applique une commission de 30 % aux développeurs tiers sur les revenus générés via les paiements depuis son magasin d'applications, mais aussi au sein des applications elles-mêmes. 

Une taxe de 30 % injustifiée
Quelques jours plus tôt, le CEO de Telegram Pavel Durov signait un billet de blog dans lequel il évoquait les "mythes" qu'Apple avance pour justifier cette taxe de 30 %. "En fait, la gestion d’un magasin d’applications ne coûte qu’une fraction de ce qu’Apple prend aux développeurs d’applications. Chaque trimestre, Apple reçoit des milliards de dollars des applications tierces. Pendant ce temps, les dépenses nécessaires pour héberger et examiner ces applications se chiffrent à des dizaines de millions et non à des milliards de dollars. Nous le savons parce que chez Telegram, nous hébergeons et examinons plus de contenu public que l’App Store ne le fera jamais", écrit le cofondateur de l'application aux 400 millions d'utilisateurs.

Pavel Durov poursuit en racontant comment Apple à empêcher Telegram de lancer une plateforme de jeu dans son application en 2016. L'entreprise américaine a justifié ce refus par la violation des règles de l'App Store. Une fausse excuse, encore une fois, d'après le CEO de la messagerie cryptée.

Spotify et Rakuten ont également lancé une procédure
Telegram se joint ainsi à Spotify et Rakuten. Les deux entreprises ont déposé un recours devant l'exécutif européen accusant la firme de Cupertino d'user de pratiques anticoncurrentielles. La Commission a annoncé l'ouverture d'une enquête en juin 2020 visant spécifiquement l'App Store. Elle compte se pencher sur deux restrictions imposées par Apple dans ses accords avec les entreprises souhaitant distribuer des applications via le magasin d'applications.

La première restriction concerne le prélèvement par Apple d'une part des revenus de tout achat effectué depuis une application présente sur sa boutique, même quand il s'agit d'un abonnement récurrent. La deuxième clause litigieuse concerne la restriction pour les développeurs d'informer leurs utilisateurs d'autres possibilités d'achats en dehors des applications (par exemple sur un site web), qui sont souvent moins coûteux car Apple ne peut pas y prélever sa part. L'entreprise prélève en effet son pourcentage même sur les paiements récurrents dans le cadre d'abonnements, comme sur Netflix par exemple.

On notera pour finir qu'Apple ne fait pas jeu égal avec tout le monde. Dans des documents récemment révélés par l'audition des GAFA devant le congrès américain, il a notamment été révélé qu'Apple ne prélève que 15 % sur les abonnements Amazon Prime.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media