Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Apiday centralise les données RSE

Alors que la société impose de plus en plus aux entreprises de s’inscrire dans une démarche RSE, beaucoup d’entre elles ne savent pas quelles données extra-financières valoriser ni comment en assurer le suivi et l’analyse. La start-up parisienne Apiday entend proposer le premier outil dédié à ces données.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Apiday centralise les données RSE
Apiday centralise les données RSE © Apiday

Les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) s’intègrent désormais dans les stratégies des entreprises à plus d’un titre. En plus d’attirer des recrues plus jeunes et de contribuer à la fidélisation des salariés, ces données extra-financières reviennent régulièrement dans les appels d’offre.

"Apple ou L’Oréal soumettent leurs fournisseurs potentiels à un questionnaire ou à l’obtention d’une certification. Cette dimension relève d’un enjeu commercial et d’une opportunité, à condition de pouvoir prouver sa démarche", explique Edouard Audi, co-fondateur d’Apiday. Par ailleurs, les investisseurs ne manquent plus d’intégrer cet aspect dans leurs audits pour s’assurer des bonnes pratiques d’une entreprise, gage de meilleure performance.

"D’autre part, la norme européenne SFDR oblige les fonds d’investissement à élaborer des rapports extra-financiers intégrant les données ESG." Pour Edouard Audi, la société a évolué vers un monde où les gens ne regardent plus uniquement le prix et la qualité du produit mais aussi son impact environnemental et social. "Les entreprises n’ont ni les ressources ni l’expertise nécessaire pour les intégrer ou même les outils technologiques pour les traiter et les analyser comme elles le font pour le financier."

Passer l’entreprise au crible
En septembre 2021, Apiday a vu le jour à Paris avec l’objectif de répondre à ces problématiques. Elle a fait une levée de fond de 2,85 millions d’euros en novembre 2021 pour recruter et développer sa solution. Après avoir conceptualisé le produit avec une trentaine d’entreprises et fait la preuve de son concept, elle l’a commercialisé mi-mars, suscitant déjà l’intérêt de plusieurs clients potentiels.

"Les acteurs économiques s’intéressent à l’idée de suivre les données ESG aussi systématiquement que leurs données financières." Près de 2 000 indicateurs différents existent, allant de l’impact carbone à la gouvernance avec des membres indépendants en passant par l’égalité salariale entre les hommes et les femmes. Apiday entend aider les entreprises à répondre au nombre grandissant de questionnaires en la matière, faciliter leur réponse ou obtenir une certification.

Un processus simplifié
La start-up cartographie les questionnaires ESG les plus fréquents comme les certifications B Corp ou EcoVadis. "Nous avons analysé chaque question et identifié les documents à mettre en face en fonction des données demandées, évitant à l’entreprise de perdre du temps à faire ce travail et à chercher quel collaborateur détient l’information."

Pour éviter la multiplication des identifiants, la personne en charge du dossier peut transmettre un lien aux membres de l’entreprise concernés pour qu’ils déposent la liste des documents établie par Apiday. Pour toute interrogation ou précision, ils peuvent également se tourner vers les experts de la start-up. Une fois les documents transmis, Apiday en extrait automatiquement les éléments nécessaires, par l’intermédiaire de l’intelligence artificielle.

"De là, nous pourrons répondre au questionnaire et le faire valider à l’entreprise tandis que les informations seront centralisées pour les demandes à venir ou pour établir un rapport extra-financier." Selon Apiday, 37% des capitaux-risques auraient refusé d’investir à cause des critères ESG tandis que 50 000 entreprises seront légalement contraintes d'établir un rapport extra-financier d'ici 2023.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.