Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Apple autorisera les plateformes de distribution de contenu à intégrer un lien d'abonnement externe

Les plateformes de distribution de contenu présentes sur l'App Store, comme Netflix, Audible ou encore Spotify, pourront à partir de 2022 intégrer un lien vers leur site web pour que les utilisateurs s'abonnent à leur service. Ils échapperont ainsi à la fameuse taxe de 30% prélevée sur tous les revenus générés depuis les smartphones, y compris les abonnements mensuels. Cette nouvelle mise à jour est le fruit d'un compromis signé entre l'Autorité japonaise de la concurrence et Apple.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Apple autorisera les plateformes de distribution de contenu à intégrer un lien d'abonnement externe
Apple autorisera les plateformes de distribution de contenu à intégrer un lien d'abonnement externe © Sara Kurfeß/Unsplash

A partir de 2022, les plateformes de distribution de contenu (baptisées "reader apps" au Japon) seront autorisés à intégrer un lien vers leur site web pour que leurs utilisateurs puissent créer ou gérer leur compte. Elles pourront ainsi échapper à la taxe Apple de 30% sur tous les revenus générés depuis les smartphones, y compris les abonnements mensuels.

Cette mise à jour est le fruit d'un compromis avec la Japan Fair Trade Commission (JFTC), l'équivalent de l'Autorité de la concurrence au Japon. Bien que l'accord ait été signé au Japon, cette nouveauté s'appliquera aux développeurs du monde entier à partir de 2022.

Seules les reader app sont concernées
Comme l'explique Apple dans son communiqué publié le 1er septembre, les applications concernées sont celles proposant la lecture de contenu "précédemment acheté" ou "des abonnements à du contenu pour des magazines, des journaux, des livres, de l'audio, de la musique ou des vidéos". Spotify, Netflix et Audible figurent donc parmi les principaux concernés par cette mise à jour. 

Actuellement, les plateformes de ce type ont l'interdiction de la part d'Apple de proposer des liens vers leur site web permettant aux utilisateurs de s'abonner ou de gérer leur abonnement directement depuis l'application. C'est le cas de Netflix par exemple. Les personnes qui ne sont pas encore abonnées au service ne peuvent pas y souscrire via l'application et doivent se rendre sur le site web de Netflix de leur propre chef.

Cette situation est le résultat d'un conflit entre la firme à la pomme et Netflix. En effet, à partir de juillet 2018, Netflix a décidé de supprimer les achats intégrés plutôt que de continuer à passer par le système de prélèvement d'Apple de 30% sur tous les revenus générés depuis les smartphones, y compris les abonnements mensuels. Ce changement a engendré un vrai manque à gagner pour Apple car Netflix était l'une des applications les plus rentables sur iOS. D'après Sensor Tower, elle aurait généré 853 millions de dollars en 2018.

La mise en pratique reste floue
Il est encore difficile de mesurer la portée de cette future mise à jour car Apple ne fournit que très peu de détails. Il mentionne simplement qu'il "aidera les développeurs de 'reader apps' à protéger les utilisateurs lorsqu'ils sont renvoyés vers un site web pour effectuer des achats". De nombreuses questions restent donc en suspens : les développeurs auront-ils le droit de mentionner le prix de l'abonnement ? Seront-ils cantonnés à un seul lien ?

Cette annonce intervient alors qu'Apple a émis il y a quelques jours une série de propositions pour clore un recours collectif initié par un groupe de développeurs américains devant un tribunal californien. Il propose de permettre aux développeurs d'informer leurs utilisateurs de l'existence de "moyens de paiements" alternatifs à l'App Store. Présentée comme une concession majeure, cette faculté n'engendre pas de changement profond dans les relations historiquement tendues avec les développeurs, à l'image d'Epic Games qui mène actuellement une bataille judiciaire contre l'entreprise.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.