Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Apple pourrait produire un véhicule électrique et autonome en 2024

Vu ailleurs L'Apple Car est de retour. Apple, très discret sur sa recherche dans le domaine du véhicule autonome, voudrait produire un véhicule électrique et autonome d'ici 2024, rapporte Reuters. L'entreprise américaine ambitionne de concevoir et fabriquer son propre véhicule afin de le commercialiser auprès du grand public.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Apple pourrait produire un véhicule électrique et autonome en 2024
Apple pourrait produire un véhicule électrique et autonome en 2024 © Flickr -Mikhail (Vokabre) Shcherbakov - c.c

Un secret de Polichinelle. Connu sous le nom de projet Titan, le programme de recherche d'Apple sur le véhicule électrique et autonome semble avoir de beaux jours devant lui. L'Américain veut produire ses véhicules électriques à l'horizon 2024 ainsi qu'une technologie de conduite autonome, rapporte Reuters ce lundi 21 décembre 2020, s'appuyant sur des sources proches du dossier.

Au cœur de la stratégie d'Apple, une technologie de batterie électrique maison qui pourrait "radicalement" réduire le coût des batteries et augmenter l'autonomie du véhicule. Selon certaines sources, les retards dus à la pandémie pourraient décaler à 2025 ou au-delà la production de ce véhicule. Apple, qui s'est toujours montré avare en détails sur le sujet, a refusé de commenter l'information.

Un parcours semé d'embûches
Le projet Titan a débuté en 2014. Apple ambitionne alors de produire son propre véhicule autonome à partir de zéro. La recherche autour de la technologie de conduite autonome et les difficultés pour concevoir et produire son propre véhicule ont compliqué les projets de la société qui a mené ses recherches de façon inégales et secrètes au cours des années.

Apple a décidé de concentrer ses efforts sur les développements logiciels et a réévalué ses objectifs. Doug Field, vétéran d'Apple qui avait travaillé chez Tesla, est revenu pour superviser le projet en 2018 avant de licencier 190 personnes de l'équipe en 2019, rappelle Reuters. A cette époque, un accident impliquant l'un de ses véhicules autonomes avait été signalé au Department of Motor Vehicles (DMV) de l'Etat de Californie en 2018. Cet accident peu grave permettait surtout confirmer l'existence du programme véhicule autonome du géant à la pomme.

Des ambitions toujours un peu floues
Depuis, Apple a suffisamment progressé pour vouloir construire un véhicule qui soit commercialisé auprès du grand public. Une ambition bien différente de celle de Waymo, la filiale d'Alphabet, et d'autres start-up qui développent des véhicules autonomes. La plupart d'entre elles se concentrent sur un véhicule autonome qui puisse intégrer une flotte de robot taxi ou renforcer les efforts dans la logistique.

La fabrication d'un véhicule représente un défi important au niveau de la supply chain, même pour une entreprise comme Apple qui a l'habitude de fabriquer des millions de produits électroniques tous les ans. Il est donc probable qu'Apple s'appuie sur un partenaire pour construire ses véhicules. Elle aurait notamment entamé des discussions avec Magna. Discussions qui se sont interrompues lorsque les ambitions d'Apple sont devenues floues, ajoute Reuters.

Un Lidar maison
Il est toujours possible qu'Apple réduise la voilure et décide de concentrer ses efforts sur le développement d'une plateforme de conduite autonome intégrée à des véhicules conçus par un constructeur automobile. Pour être rentables, les constructeurs automobiles doivent produire d'important volumes, ce qui pourrait être compliqué pour Apple qui s'attaque à un marché nouveau pour elle.

Côté conduite autonome, Apple s'est tourné vers d'autres acteurs de l'écosystème pour certains capteurs nécessaires au bon fonctionnement de ces véhicules, comme les Lidars. La voiture embarquerait différentes technologies de Lidar et certains capteurs pourraient provenir de la division interne d'Apple en charge de la conception du Lidar embarqué sur ses iPhones.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.