Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Apple reporte à 2021 sa mise à jour sur l'autorisation du pistage à des fins publicitaires

Finalement, Apple n'appliquera sa mise à jour d'iOS 14 imposant l'autorisation des utilisateurs pour le pistage à des fins publicitaires qu'au début de l'année 2021. Un délai de six mois plus qu'inhabituel pour l'entreprise, conséquence du bouleversement que cela représente pour les développeurs.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Apple reporte à 2021 sa mise à jour sur l'autorisation du pistage à des fins publicitaires
Apple reporte à 2021 sa mise à jour sur l'autorisation du pistage à des fins publicitaires © Unsplash/Fabian Grohs

Apple a annoncé jeudi 3 septembre 2020 qu'il va décaler au début de l'année prochaine l'obligation pour les utilisateurs de ses appareils d'autoriser ou non le pistage publicitaire pour chaque application. Cette mise à jour du système d'exploitation iOS 14 va bousculer le modèle économique d'un grand nombre d'applications qui sont disponibles gratuitement et génèrent des revenus à partir de ces pistages.

Un identifiant unique
Au cœur du débat : un identifiant Apple unique pour chaque appareil, nommé "Identification for Advertisers" ou IDFA. Les développeurs d'application utilisent cet identifiant pour traquer les utilisateurs et suivre la performance des publicités, explique Bloomberg. Avec le système d'exploitation iOS 14, Apple veut que tous les propriétaires d'iPhone et d'iPads puissent donner explicitement leur accord pour l'utilisation de cet identifiant, et ce pour chaque application individuellement.

"Lorsqu'il sera activé, un système de notification permettra aux utilisateurs d'accepter ou non ce système de traqueur sur chaque application", explique Apple dans une déclaration reprise par Reuters. Concrètement, lors de la première utilisation d'une application, une fenêtre pop-up apparaîtra et demandera à la personne si elle est d'accord ou non pour être pistée.

Levée de boucliers des développeurs
Si Apple promet que les entreprises publicitaires pourront expliquer dans la notification pourquoi elles demandent cette autorisation, il est anticipé la majorité des utilisateurs refuseront, invalidant les business models consistant à générer des revenus par ciblage publicitaire.

Dès l'annonce de ces changements, Facebook a ainsi prévenu que cela affecterait ses outils publicitaires à destination des développeurs (de même que ceux de ses concurrents). Le réseau social affirme que cela rend même inutile l'un de ses outils et qu'il cessera de le commercialiser. Ses propres applications ne seront pas affectées.

Devant les objections des développeurs, Apple décale finalement cette mise à jour au début de l'année 2021 "pour laisser aux développeurs le temps pour faire les modifications nécessaires". Cela n'empêche pas la firme à la pomme de mettre en place d'autres fonctionnalités liées à la vie privée comme l'envoi de notifications prévenant l'utilisateur lorsque les applications ont récemment accédé à la localisation GPS ou au microphone, précise Reuters.

On note qu'en entravant le ciblage publicitaire dans les applications, Apple renforce son propre business model qui consiste à prélever une marge de 30% sur les applications payantes et sur les micro-transactions. Ces pratiques sont au cœur du conflit qui l'oppose à Epic Games au sujet de Fortnite.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media