Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Apple Watch : le design ne suffit pas, les applications feront la différence

Le suspense est terminé, la smartwatch d'Apple est enfin là. Une montre au design impeccable mais qui devra se démarquer de la concurrence par son écosystème si elle veut s'imposer sur ce marché très prisé... et donc attirer les développeurs comme l'iPhone a su le faire. La pléthore d'outils et de fonctions à leur disposition suffira-t-elle à contrer un Android Wear déjà connu des développeurs ?
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Apple Watch : le design ne suffit pas, les applications feront la différence
Apple Watch : le design ne suffit pas, les applications feront la différence © Apple

Apple a dévoilé mardi 9 septembre sa smartwatch tant attendue, nommée sobrement "Watch". Cette montre connectée témoigne du savoir-faire habituel d'Apple en matière de fabrication et de finition. La seule puissance de la marque devrait lui assurer le succès. Un bémol tout de même : une fois n'est pas coutume, Apple est ici le suiveur. Pour s'imposer sur ce marché très concurrentiel des smartwatch, la firme de Cupertino devra pouvoir s'appuyer sur un écosystème hors du commun, comme celui qui a fait la force de l'iPhone à ses débuts.

Ses dirigeants en ont bien conscience. Apple a développé l'OS de sa montre de manière à pouvoir pleinement profiter de sa connexion (obligatoire) avec l'iPhone. Son assistant personnel Siri est intégré par défaut, tout comme ses applications Maps et Photos. Elle peut recevoir à peu près n'importe quel type de notifications (SMS, appels, emails, etc.) et permet dans certains cas d'y répondre. La montre dispose d'une fonctionnalité NFC (Near Field Communication), reliée notamment à Apple Pay mais aussi disponible pour d'autres utilisations. Les capteurs (gyroscope, accéléromètre, cardiofréquencemètre) de la montre sont complémentaires avec les fonctionnalités du téléphone (localisation par GPS), et les données biométriques qu'ils enregistrent en permanence (à noter que la montre ne gère pas le suivi du sommeil) via l'application Fitness seront mis à disposition des développeurs tiers au travers d'une API (Application Programming Interface) dédiée : HealthKit.

Un nouveau hardware à apprivoiser

Une autre API, baptisée WatchKit, est aussi d'ores et déjà disponible pour aider les développeurs à la création d'applications pour l'Apple Watch. Peu d'informations ont filtré dessus pour le moment, si ce n'est qu'elle permettra de créer des notifications et des écrans d'accueil personnalisés. Elle devrait aussi aider à s'assurer d'un bon rendu sur les deux tailles d'écrans différentes (38 et 42 mm de hauteur) et à gérer les différentes méthodes d'interactions avec l'utilisateur.

La star parmi celles-ci est la "couronne digitale" (Digital Crown). Il s'agit d'une couronne de montre d'aspect classique, mais qui joue ici un rôle équivalent à la molette d'une souris : zoomer ou dézoomer dans des cartes, faire défiler des messages dans une liste, etc. Une pression renvoie à l'écran d'accueil. Autre originalité : l'écran en saphir n'est pas juste tactile : flexible, il est capable de distinguer une pression forte d'une pression faible pour faire apparaître un menu contextuel. Enfin, un deuxième bouton situé sous la couronne permet d'accéder directement à une liste de contacts favoris pour pouvoir communiquer rapidement, à l'aide d'émoticônes ou de petits dessins.

Niveau connectivité, le Bluetooth et le WiFi sont gérés. En matière de feedback, la Watch dispose d'un petit haut parleur mais également d'un système haptique propriétaire nommé "Taptic Engine" qui permettra de communiquer des informations subtiles à l'utilisateur par vibrations, lui indiquant par exemple dans quelle direction il doit se diriger pour atteindre une destination. De nombreuses inconnues demeurent néanmoins : la puissance de calcul de la Watch n'a pas été révelée (si ce n'est qu'elle est dotée d'un processeur propriétaire "Apple S1"), ni sa capacité de stockage interne ou encore l'autonomie de sa batterie (à part qu'elle devra être chargée tous les jours).

A la recherche de la Killer App

Apple a présenté plusieurs applications partenaires lors de sa keynote : les classiques réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, ou Pinterest, mais aussi une application BMW qui permet de vérifier l'état de sa voiture (réservoir, verrouillage des portes) et de la localiser, une autre de Nike pour le suivi sportif, une de Starwood Hotels qui permettra d'ouvrir sa chambre grâce au NFC, une de la ligue nationale de baseball pour suivre les matchs, une d'American Airlines pour vérifier les vols (et qui sait, même peut-être être utilisée comme billet électronique ?). Enfin, Lutron et Honeywell permettent chacun de contrôler leurs systèmes domotiques (température, luminosité, etc.) depuis une application dédiée.

Les possibilités sont nombreuses, et Tim Cook a conclu sa présentation en expliquant qu'il utilisait déjà sa montre pour contrôler son Apple TV. Il reste néanmoins beaucoup à faire avant sa sortie (début 2015) pour que cet écosystème puisse réellement se démarquer de ceux d'une concurrence déjà bien présente, qu'il s'agisse de Tizen, d'Android Wear ou même du précurseur Pebble OS. Qu'elles proviennent des fabricants (Apple, Samsung, LG, Motorola, etc.) ou de développeurs tiers, quelques applications clés devront sortir du lot pour faire la différence. Et Apple va devoir se débrouiller pour qu'elles apparaissent sur sa montre et pas sur les autres...

Julien Bergounhoux

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale