Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Apple Watch : pourquoi ce n'est pas une rupture

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Ce 9 septembre, tous les regards étaient tournés vers San Francisco et la conférence Apple. L'annonce de Tim Cook qui a fait couler le plus d'encre dans les dernières 24 heures est le lancement de l'Apple Watch, la tant attendue montre connectée. Mais c'est montre ne présente rien des "révolutions" auxquelles nous avait habitués Steve Jobs, et ce pour trois raisons...

Apple Watch : pourquoi ce n'est pas une rupture
Apple Watch : pourquoi ce n'est pas une rupture © Apple

Tim Cook a-t-il retrouvé la vista de Steve Jobs ? Apple a-t-il réussi à réinventer la montre ? Si l'on en croit les titres de la plupart des médias au lendemain de la keynote de la firme à la pomme, cela ne fait aucun doute. Pour certains, Apple signe même une nouvelle révolution en lançant sa propre montre intelligente, l'Apple Watch.

Rien de révolutionnaire

On a beau chercher, se pencher avec passion sur l'objet, trouver son design attirant, on ne voit pas en quoi il serait le ferment d'une rupture à même de bouleverser le marché de l'horlogerie. L'Apple Watch est un objet bien né, plutôt design mais qui ne porte en lui rien de révolutionnaire comme ce fut le cas pour l'iPod, l'iPhone et (dans une moindre mesure) pour l'iPad. Et l'on se tromperait si l'on affirmait que la smartwatch d'Apple est une authentique innovation. Pour au moins trois raisons :

1. L'Apple Watch n'est pas un produit "stand alone". Pour qu'il fonctionne, il doit être connectél à un smartphone. Ce fil à la patte n'en fait donc qu'une extension -bien foutue- de notre téléphone. Sans plus. Tout juste permettra-t-il de simplifier la vie des sportifs du dimanche qui adorent mesurer leurs performances via la nouvelle application activity.

2. L'Apple Watch ne renferme aucune rupture techno. Si l'on met de côté l'écran saphir, il n'y a pas d'innovation technique à même de jouer les "game changers".

3. L'Apple Watch n'offre surtout aucune rupture d'usage. Sa montre est dotée d'une interface pensée pour la taille réduite de l'écran mais, dans le fond, elle ne fait que reprendre le système des "apps" mis au point pour l'iPhone. Système qui a rendu les smartphones si indispensables.

Stretching de marque

Est-ce que cela veut dire que ce produit sera un cuisant échec ? Il serait présomptueux de l'affirmer. Si Apple a innové, c'est justement en se permettant de lancer une montre. En fait, la firme à la pomme a sans doute pris consience qu'elle était devenue une marque, une marque de luxe même. Et que, comme toute marque, elle pouvait chercher à étendre son univers. L'Apple Watch serait donc un bon exemple de stretching de marque.

Avoir la montre d'Apple au poignet ne va pas changer vos usages mais cela marquera votre statut. Et qui sait demain un publicitaire célèbre affirmera peut être : "si à 50 ans tu n'as pas d'Apple Watch, c'est que tu as raté ta vie..."

Thibaut De Jaegher
 

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale