Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Après l'affaire JEDI, Microsoft attaque l'attribution à Amazon du contrat cloud de la NSA

Vu ailleurs La saga continue. Après le contrat JEDI du Pentagone, c'est la NSA qui cherchait un fournisseur de cloud dans le cadre d'un contrat de 10 milliards de dollars. Cette fois-ci, c'est Amazon qui a remporté l'appel d'offres. Mécontent de cette situation, Microsoft a fait appel. Le verdict doit être rendu le 29 octobre. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Après l'affaire JEDI, Microsoft attaque l'attribution à Amazon du contrat cloud de la NSA
Après l'affaire JEDI, Microsoft attaque l'attribution à Amazon du contrat cloud de la NSA © NSA (Facebook)

Après avoir passé des années à se battre pour le contrat cloud JEDI de 10 milliards de dollars du Pentagone, Microsoft et Amazon se disputent un autre accord gouvernemental, rapporte Washington Technology.

Un contrat de 10 milliards de dollars 
Il s'agit d'un contrat cloud pour la National Security Agency (NSA), l'agence américaine chargée de la sécurité des systèmes d'information du gouvernement et du renseignement électromagnétique, d'un montant de 10 milliards de dollars. Baptisé "WildandStormy", ce contrat a pour objectif de faire migrer certaines infrastructures de la NSA vers le cloud.

Cette fois-ci, c'est Amazon qui a gagné la bataille… mais pas la guerre, d'après Microsoft qui a déposé un recours devant le Government Accountability Office (US GAO), l'organisme d'audit et d'évaluation du Congrès chargé du contrôle des comptes publics du budget fédéral des Etats-Unis. En effet, Microsoft affirme que la NSA n'a pas respecté la procédure relative à l'attribution d'un marché public.

Dans une déclaration à NextGov, un porte-parole de la NSA a confirmé le montant du contrat et la procédure en cours déclarant que "l'Agence répondra à la réclamation conformément à la réglementation fédérale applicable".

Amazon, via sa filiale Amazon Web Services, détient déjà de nombreux contrats cloud gouvernementaux mais l'affaire JEDI a révélé que Microsoft était un concurrent à ne pas négliger. Evincé du contrat, Amazon avait demandé une révision de la procédure citant "des erreurs et des préjugés indéniables". L'animosité du président Donald Trump envers Amazon et son fondateur Jeff Bezos avait été mis en avant. Ce dernier est propriétaire du Washington Post, média plutôt critique vis-à-vis de l'administration Trump.

Une décision attendue le 29 octobre 
Finalement, le ministère américain de la Défense (DoD) avait annulé ce contrat et pris la décision de proposer un contrat multi-fournisseurs pour éviter de nouvelles procédures. La Central Intelligence Agency (CIA) a également opté pour une telle option en répartissant son contrat Commercial Cloud Enterprise entre Microsoft, Amazon, Google, Oracle et IBM. WildandStormy connaîtra-t-il le même sort ? La décision du GAO est attendue pour le 29 octobre prochain.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.