Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Après la loi Travail, Myriam El Khomri tente de lutter contre le chômage avec les start-up

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

2,4 millions d'euros ont été débloqués via le PIA au ministère du Travail pour accélérer la digitalisation du marché du travail. Quatre start-up ainsi que l'Anact, la Fing et Pôle emploi sont associés à ce projet. 

Après la loi Travail, Myriam El Khomri tente de lutter contre le chômage avec les start-up
Petit déjeuner "Présentation des projets du plan NET (Numérique Emploi Travail) financés par le Programme d'Investissements d'Avenir", le 22 septembre 2016. © William Dupuy

C’était une idée de François Rebsamen qu’a reprise sa successeur au ministère du Travail, Myriam El Khomri : trouver les collaborations adéquates pour "numériser" le marché du travail. Tel est l’enjeu du programme Net (pour numérique, emploi et travail) qui réunit un consortium composé de Pôle emploi, l’Anact, la Fing et de jeunes pousses (Bayes impact, Monkey Tie, Mindematcher et Wetechcare).

 

En contrepartie, les projets développés doivent être publics et gratuits pendant deux ans, les entreprises participant s’engagent à trouver des ressources pour héberger et entretenir les sites et pour prévoir des ressources pérennes au-delà des vingt-quatre premier mois, par exemple en créant des fonctions premium payantes.

 

Ce programme a bénéficié du programme d’investissement d’avenir, grâce auquel les différents projets ont obtenu 2,4 millions d’euros de financement. L’accord a été obtenu le 23 février dernier et la ministre recevait, jeudi 22 septembre, les différents intervenants pour faire un point d'étape. 

 

Une plateforme pour faciliter les changements de métier

Jérémy Lamri, fondateur de Monkey Tie et du Lab RH explique travailler depuis maintenant six mois pour développer une plateforme qui serait une sorte de super guide interactif d’orientation des métiers. En utilisant des questionnaires ludiques, l’internaute saurait en fonction de ses compétences, de sa personnalité et des motivations identifiées, vers quel métier il pourrait s’orienter. Seraient alors portées à sa connaissance les offres existant dans ces domaines à proximité de chez lui ainsi que les formations qui peuvent l’aider à obtenir toutes les compétences nécessaires.

 

Les cinq projets retenus visent à fluidifier le fonctionnement du marché du travail grâce à une numérisation efficace. Jérémy Lamri qui a rencontré à cette occasion la ministre témoigne : "Elle est très investie dans ce programme et nous a posé des questions pertinentes, mettant le doigt sur les vrais enjeux du projet. Elle a vraiment compris les enjeux du digital." Pôle emploi s'était déjà montré très actif dans le domaine avec la création de son Emploi store, c'est désormais le ministère du Travail qui confirme son engagement en faveur du numérique.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

3 commentaires

alain
26/09/2016 12h40 - alain

Bonne initiative que de faciliter le numérique, mais n'est-ce pas un moyen de détourner le code des marchés publics. Soit le besoin est connu, et la consultation s'impose, soit il n'est pas défini alors quelle réponse attendre !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Meynadier
26/09/2016 09h36 - Meynadier

Je ne savais pas que le marché du travail avait besoin d'être numérisé. Ça ne lui demandera pas trop d'effort. Et si on "numérisait" la vie politique plutôt.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

serge
26/09/2016 08h06 - serge

Toujours de très bonnes intentions ce qui est encourageant, il ne faudra toutefois pas oublier de former les gens qui feront tourner la plateforme. ... Le site pôle emploi est plutôt bien fait et son système de recherche fonctionne bien, à condition que la qualification des annonces récupérées sur le marché et republiées ensuite soient entrées avec les bons mots clés ! Si l'opérateur ne fait pas la différence entre une annonce de chef de projet informatique ou financier, s'il choisit un nom de ville pour un autre approchant mais à l'autre bout de la France. .. au final cela fait des annonces et des demandeurs d'emploi sans espoirs de se rencontrer.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale