Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Après Lyft, Uber serait en lice pour racheter Motivate, l'opérateur de vélos en libre-service

mis à jour le 10 juillet 2018 à 11H46
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vu ailleurs Ford GoBike, Citi Bike, ou encore Divvy sont des flottes de vélos en libre-service opérées par Motivate aux Etats-Unis. Et Motivate serait aujourd'hui au coeur d'une bataille menée entre Lyft et Uber qui voudraient tous les deux racheter la société, rapporte la presse américaine.

Après Lyft, Uber serait en lice pour racheter Motivate, l'opérateur de vélos en libre-service
Motivate opère les vélos en libre-service Divvy à Chicago. © Motivate/DR

Uber et Lyft en concurrence pour le rachat de Motivate ? Les deux entreprises de VTC seraient intéressées par le rachat de cette société proposant d'opérer des flottes de vélos en libre-service aux Etats-Unis, comme le rapporte la presse américaine. Les rumeurs faisant état de l'intérêt d'Uber pour le rachat de cette société interviennent après une première information selon laquelle Lyft aurait été proche d'un accord pour un rachat à 250 millions de dollars, détaille TechCrunch.


Uber a racheté Jump

Motivate, qui emploie quelque 800 salariés, opèrent la plus grande flotte de vélos en libre-service aux Etats-Unis. La société est notamment connue pour être derrière les 7 000 vélos de Ford GoBike déployés dans la zone de San Francisco, San Jose et East Bay. La société opère aussi les flottes de Citi Bike pour les villes de New York (12 000 vélos) et Jersey City (500 vélos) ainsi que les flottes Blue Bikes à Boston, Cambridge, Brookline et Somerville ; Divvy à Chicago ; CoGo à Columbus dans l'Ohio ; Biketown à Portland dans l'Oregon ; Capital Bikeshare à Washington, DC.

 

Quel peut-être l'intérêt d'Uber pour une telle surenchère ? La société de VTC a déjà déboursé une somme considérable pour racheter Jump début avril 2018, une start-up proposant des vélos en libre-service à San Francisco. En faisant état de son intérêt pour Motivate, Uber pourrait tout simplement contraindre Lyft à augmenter son offre. Ou peut-être que l'entreprise de VTC veut accentuer sa stratégie de diversification en proposant des vélos en libre-service dans un nombre croissant de villes et ne souhaite tout simplement pas que son concurrent américain diversifie lui aussi ses activités sur ce marché prometteur.

 

Les vélos en libre-service de plus en plus utilisés

Confirmant l'engouement pour ce moyen de transport, la National Association of City Transportation Officials (Nacto), une association regroupant une soixantaine de villes nord-américaines, a comptabilisé 35 millions de courses réalisées avec des vélos en libre-service en 2017 soit 25% de plus qu'en 2016. Les usagers des vélos en libre-service les utilisent environ 12 minutes par trajet et privilégient donc ce moyen de transport pour les trajets courts, relève Wired qui cite la Nacto.

 

Le CEO d'Uber, Dara Khosrowshahi, a annoncé début juin 2018 vouloir déployer les vélos en libre-service de Jump en Europe en commençant par Berlin, précise The Verge. Confirmant cette volonté de diversification, Uber a fait une demande auprès de la ville de San Francisco pour opérer une flotte de de trottinettes électriques tout comme… Lyft. Les entreprises de VTC cherchent à proposer le plus de moyens de transport différents sur une même application afin de répondre à toutes les envies de mobilité de leurs usagers.


 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale