Après son passage chez Schneider Electric, Christel Heydemann prend la tête d'Orange

Christel Heydemann prend la tête d'Orange en tant que directrice générale. Elle a été nommée le 28 janvier 2022 pour prendre la relève de Stéphane Richard, contraint de quitter son poste en raison de sa condamnation dans l'affaire Tapie en novembre dernier.

Partager
Après son passage chez Schneider Electric, Christel Heydemann prend la tête d'Orange
Christel Heydemann, la nouvelle directrice générale d'Orange.

Le nom de la personne remplaçant Stéphane Richard est connu. Le conseil d'administration d'Orange a nommé Christel Heydemann au poste de directrice générale le vendredi 28 janvier 2022. Celle qui est administratrice du groupe depuis près de 5 ans déjà, occupera le poste de directrice générale à compter du 4 avril 2022. D'ici là, Stéphane Richard va poursuivre son mandat et assurer la transition. Ce dernier va également assurer les fonctions de président non-exécutif jusqu'à l'arrivée d'un nouveau président, et au plus tard jusqu'au 19 mai 2022, précise Orange.

Stéphane Richard a passé 12 ans à la tête d'Orange. Il a été nommé suite à une importante crise sociale ayant traversé le groupe. Une période durant laquelle plusieurs suicides ont eu lieu. Stéphane Richard est parvenu à "restaurer la confiance des salariés", selon l'opérateur télécoms, et à positionner Orange comme un opérateur multi-services. Sa condamnation dans l'affaire Tapie, en novembre dernier, l'a contraint à quitter son poste alors même qu'il ne souhaitait pas partir aussi tôt.

Une transition vers les services
Diplômée de l'Ecole Polytechnique et de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Christel Heydemann a débuté sa carrière en 1997 au sein du Boston Consulting Group. Elle a ensuite intégré Alcatel et a occupé des postes à responsabilité notamment lors de la fusion entre Alcatel et Lucent. Elle devient directrice générale des ressources humaines et de la transformation du groupe Alcatel-Lucent en 2011. Trois ans plus tard, elle rejoint Schneider Electric en tant que directrice des alliances stratégiques puis est nommée présidente-directrice générale de Schneider Electric France puis, directrice générale Europe Opérations.

Du haut de ses 47 ans Christel Heydemann va devoir aider Orange à reprendre le chemin de l'innovation pour que le groupe reste un acteur majeur des télécoms. La transition des entreprises vers le cloud et l'arrivée de la 5G sont deux domaines sur lesquels Orange est attendu. Si Christel Heydemann n'est par une experte dans le secteur des télécoms Stéphane Richard assure qu'elle a "une très bonne compréhension des enjeux liées au numérique et le rôle essentiel qu’il va jouer dans les décennies à venir". Une vision qui va l'aider à faire évoluer Orange.

De son métier historique de gestionnaires des infrastructures, Orange va devoir réaliser une transition vers les services. Le groupe ne valorise pas autant qu'il pourrait sa position dans le fixe, la fibre et le mobile alors même que l'avenir semble se dessiner autour des services mensuels commercialisés. Cette transition implique également de se pencher sur la transformation des métiers au sein d'Orange. A l'heure où les entreprises du numérique peinent parfois à recruter les talents qu'elles recherchent, Orange va devoir essayer de mettre ses atouts en avant pour les concurrencer ainsi que les géants de la tech.

Que va devenir Orange Bank ?
Que va faire Christel Heydemann d'Orange Bank ? Stéphane Richard avait fait de ce service l'un des principaux piliers de la diversification du groupe. Quel est l'intérêt pour un opérateur télécom de posséder un tel service ? Surtout qu'Orange Bank a accumulé 643 millions d'euros de pertes entre son lancement fin 2017 et décembre 2020, dont 195 millions d'euros sur l'année 2020. Ne trouvant de repreneur pour les parts de Groupama, Orange a décidé de recapitaliser lui-même Orange Bank à hauteur de 230 millions d'euros en octobre dernier et racheter les 21,7% du capital encore détenus par l'assureur mutualiste.

Enfin, le sujet de la consolidation du secteur, que ce soit en France ou en Europe devrait revenir. En France, il y a quatre opérateurs avec Bouygues Telecom, Free et SFR. En Europe il y en a 105. Par comparaison les Etats-Unis en recensent quatre. Avoir un nombre plus restreint d'opérateur leur permettrait de financer plus encore l'innovation. Toutefois, les différents gouvernements seront très certainement attentifs sur les sujets des emplois, des prix et des investissements réalisés dans les infrastructures. Qu'elle sera la vision de Christel Heydemann dans ce domaine et quels seront ses leviers pour la mettre en place ?

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS