Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Après Sopra Steria, l'ESN Umanis est victime d'une cyberattaque

La société française Umanis spécialisée dans la transformation digitale a été touchée par une cyberattaque, dont la nature n'a pas été divulguée. La propagation du virus a été immédiatement stoppée mais l'entreprise n'est pas encore revenue à son niveau normal d'activité.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Après Sopra Steria, l'ESN Umanis est victime d'une cyberattaque
Après Sopra Steria, l'ESN Umanis est victime d'une cyberattaque © Umanis/Glassdoor

L'entreprise de services du numérique française Umanis annonce dans un communiqué être victime d'une attaque informatique, "comme de nombreuses autres sociétés". L'incident de sécurité, dont la nature n'a pas été précisée, a été repéré le 14 novembre.

Le virus a été stoppé
Grâce à "des mesures d'isolement", la propagation du malware a été "immédiatement stoppée", affirme Umanis. Le temps du week-end, le réseau informatique et les applications ont été "déconnectés" pour protéger les clients et les partenaires, tels que PSA, Orange, Engie, Sanofi, Axa, Aviva…

Umanis, qui compte 3000 collaborateurs, promet que tout a été mis en œuvre pour assurer un redémarrage de la quasi-totalité du service dès ce lundi matin. Un retour à la normale est attendu dans les prochains jours grâce à la pleine mobilisation des équipes compétentes.

A ce stade, Umanis ne mentionne pas de fuite de données. La société s'engage à tenir régulièrement informer ses clients, ses partenaires et les autorités compétentes.

Les ESN ne sont pas épargnées
Créé en 1990, Umanis se présente comme le spécialiste de la transformation digitale dans 5 domaines : l'intelligence artificielle, le cloud, l'expérience client, l'intégration des solutions métier et  l'externalisation des processus d'affaires (BPO). Ce n'est pas la première ESN à être victime d'une cyberattaque.

Il y a quelques semaines, c'est Sopra Steria qui a été touché par le ransomware Ryuk. Grâce à une bonne gestion de crise, l'attaque a été déjouée, avait révélé Guillaume Poupard, le directeur général l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi). Mais bien que "seules quelques dizaines de machines" aient été touchées, un retour à la normale n'est à prévoir que dans quelques semaines.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media