Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Après un accident, Pony.ai ne peut plus tester ses véhicules autonomes sans chauffeur en Californie

Vu ailleurs L'autorisation de Pony.ai de réaliser des tests de véhicules autonomes sans opérateur de sécurité en Californie a été suspendue. C'est la première fois que le régulateur californien revient sur une de ses autorisations. La décision fait suite à un accident sans blessé survenu le 28 octobre.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Après un accident, Pony.ai ne peut plus tester ses véhicules autonomes sans chauffeur en Californie
Après un accident, Pony.ai ne peut plus tester ses véhicules autonomes sans chauffeur en Californie © Pony AI

La start-up sino-américaine Pony.ai s'est vu retirer son autorisation de tester ses véhicules autonomes sans opérateur de sécurité en Californie. Cette annonce, faite le lundi 13 décembre 2021, est une grande première pour le Department of Motor Vehicles (DMV) de Californie. Elle fait suite à un accident survenu fin octobre, précise Reuters, et intervient six mois après que la start-up ait décroché cette autorisation. Parmi les autres entreprises à l'avoir obtenu on trouve Waymo, la filiale d'Alphabet, ou Cruise, une filiale de General Motors.

Un accident sans blessé
"Le 19 novembre, le DMV a informé Pony.ai que le département suspendait son autorisation de test de véhicules sans conducteur, avec effet immédiat, à la suite d'une collision individuelle signalée à Fremont, en Californie, le 28 octobre", écrit le DMV dans une déclaration que s'est procurée Reuters. Toutes les entreprises réalisant des tests de véhicules autonomes en Californie ont l'obligation de rapporter tout accident au DMV dans les 10 jours suivants.

Un véhicule Pony.ai, opérant en mode autonome, a heurté un diviseur situé au centre de la route et un panneau de signalisation à Fremont le 28 octobre dernier après avoir tourné à droite. "Il n'y a eu aucun blessé et aucun autre véhicule impliqué", détaille la start-up, indiquant des "dommages modérés à l'avant du véhicule".

Les accidents survenant lors des tests des véhicules autonomes sont communs. Dans le cadre de la suspension du permis de Pony.ai, le DMV ne précise pas ce qui a conduit à cette décision. Pourtant, à première vue, l'accident ne semble pas particulièrement grave. "Nous avons immédiatement ouvert une enquête, et nous sommes en contact avec le DMV de Californie a propos de cet accident", a déclaré un porte-parole de la Pony.ai, qui ajoute que la sécurité est un élément essentiel.

Poursuit les tests avec un opérateur à bord
Pony.ai a 10 voitures électriques Hyundai Kona enregistrées pour son autorisation de tests sans conducteur. La suspension de cette autorisation n'implique pas que Pony.ai suspende l'ensemble de ses tests, puisque la start-up peut toujours faire circuler ses véhicules autonomes avec un opérateur de sécurité. La start-up a d'ailleurs précisé que la majorité de ses tests de conduite autonome impliquaient des conducteurs de sécurité, et que cela continuera d'être le cas à court terme.

Pony.ai mène des tests aux Etats-Unis, mais aussi en Chine, où elle vient d'obtenir l'autorisation de faire payer ses courses en robot taxi. La start-up aurait récemment suspendu ses projets de cotation à la bourse de New York, ont indiqué des sources auprès de Reuters. Elle n'aurait par ailleurs pas reçu d'assurance des autorités chinoises quant au fait qu'elle ne devienne pas une cible de ses actions réglementaires. Ces dernières sont menées à l'encontre de certaines sociétés technologiques a propos de leur gestion et de leur utilisation des données utilisateurs. Didi en fait actuellement les frais et l'entreprise devrait se retirer du marché boursier américain.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.