Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Archeon veut révolutionner les gestes de premiers secours grâce à l'intelligence artificielle

Levée de fonds La start-up française Archeon boucle une série A de 5,5 millions d'euros pour conquérir le marché américain. Elle a développé EOlife, un dispositif d'aide à la ventilation manuelle pour la réanimation cardio-respiratoire. Grâce à l'intelligence artificielle, les secouristes connaissent la quantité exacte d'oxygène à apporter au patient. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Archeon veut révolutionner les gestes de premiers secours grâce à l'intelligence artificielle
Archeon veut révolutionner les gestes de premiers secours grâce à l'intelligence artificielle © Archeon

La start-up Archeon, située à Besançon, est à l'origine de "EOlife", un dispositif médical d'aide à la ventilation manuelle utilisée lors d'une réanimation cardio-respiratoire, la première cause de mortalité dans le monde. Grâce à un système d'apprentissage automatique, il va auto-interpréter les variables ventilatoires mesurées chez le patient en fonction de sa morphologie pour apporter la quantité optimale d'oxygène via le ballon autoremplisseur.

Une serie a de 5,5 millions d'euros
Le dispositif médical, ayant obtenu le marquage CE, a déjà convaincu de nombreux établissements hospitaliers et services de secourisme en France et à l'étranger. Pour continuer dans cette direction, Archeon annonce ce mercredi 16 mars une levée de fonds de 5,5 millions d'euros. Elle a été menée par deux fonds d’investissements, Karot Capital, Majycc eSanté Invest et soutenu par le Fonds européen de développement régional (FEDER – FSE Franche-Comté et Massif du Jura), ainsi que par Bpifrance.

La réanimation cardio-respiratoire, qui s'impose en cas d'arrêt cardiaque, associe deux gestes : les compressions thoraciques via un massage cardiaque et la ventilation artificielle par du bouche-à-bouche ou un ballon autoremplisseur. "Aujourd'hui, la ventilation est mal faite dans 80% des cas", explique Pierre-Edouard Saillard, cofondateur et le directeur d'Archeon, à L'Usine Digitale. Avec Alban De Luca, ils ont développé un petit boitier qui s'intercale entre "le masque sur le visage du patient et le ballon" via un capteur à usage unique.
 

En pratique, pour utiliser EOlife, le secouriste n'a besoin que de rentrer la taille de la personne en arrêt cardiaque en fonction de trois catégories (petit, moyen, grand). Il doit ensuite suivre l'écran qui indique sous forme de jauge de couleur (vert, orange et rouge) la quantité d'oxygène à envoyer.

L'analyse de plus de 50 000 cybles de ventilaton 
Pour développer le système d'apprentissage automatique, Archeon s'est basé sur "plus de 50 000 cycles de ventilation". A terme, il devrait évoluer en fonction des données collectées par les dispositifs actuellement utilisés, confie Pierre-Edouard Saillard. Il ajoute qu'une application mobile est en cours de développement pour récupérer ces informations à des fins cliniques ou de formation.

EOlife est entièrement construit en France. La partie mécanique est fabriquée dans une usine proche de Besançon et la partie électronique vers Lille. Sa commercialisation passe pour la majorité par des plans d'équipements. Son prix unitaire est de 1500 euros.

Aujourd'hui, Archeon est présent principalement en Europe, à Hong-Kong et aux Emirats arabes unis. En France, EOlife est utilisé par les pompiers de Paris, au service des urgences de l'hôpital Lariboisière, l'hôpital de Besançon… "Nous avons des échanges avec les marins-pompiers de Marseille", indique Pierre-Edouard Saillard.

PulmonAIR pour prendre en charge les détresses respiratoires
Archeon travaille en parallèle sur deux projets. Le premier, baptisé PulmonAIR, est un ventilateur d'urgence entièrement automatisé pour la prise en charge des détresses respiratoires. Il a reçu un financement d'un million d'euros par la Commission européenne dans le cadre d'un appel à projets en lien avec la pandémie de Covid-19. Son lancement est prévu pour 2023.

Le second projet est le développement d'un ventilateur d'urgence "intelligent". "Aujourd'hui, la plupart des ventilateurs sont des machines complexes à utiliser sur lesquelles les médecins doivent régler 15 paramètres pour ventiler correctement leurs patients", explique le directeur de la jeune pousse. Archeon souhaite donc développer un appareil "très simple" d'utilisation qui analyse "les caractéristiques pulmonaires du patient" afin de déceler "le profil ventilatoire" optimal.

En 2022, la jeune pousse souhaite continuer de déployer EOlife en France et mettre le cap sur les Etats-Unis. La Food and Drug Administration (FDA), l'agence américaine en charge de réguler les denrées alimentaires, les médicaments et les dispositifs médicaux, est en train de certifier la solution afin qu'elle puisse être commercialisée sur le marché américain. En 2021, Archeon a présenté un chiffre d'affaires de 500 000 euros en 2021, première année de commercialisation d'EOlife.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.