Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Armis lève 6 millions d'euros pour développer ses prospectus 4.0 à destination des commerces de proximité

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds La start-up Armis a développé une nouvelle technologie publicitaire pour permettre aux enseignes de prendre la parole sur internet à l'échelle locale. Elle compte aujourd'ui 18 enseignes clientes. Grâce aux fonds levés, elle compte s'attaquer à de nouvelles verticales, développer une interface utilisateur simplifiée et préparer son internationalisation. 

Armis lève 6 millions d'euros pour développer ses prospectus 4.0
Dan Gomplewicz et David Baranes, les deux cofondateurs d'Armis. © Armis

La start-up Armis a développé un concept de publicité multi-locale (PML) dédié aux enseignes de proximité. Elle annonce, ce mardi 6 mars 2018, une levée de fonds de 6 millions d'euros réalisée auprès du fonds Elia Partners. La jeune entreprise, fondée par Dan Gomplewicz, ancien directeur de la stratégie et de l'innovation de E.Leclerc, et David Baranes, ancien directeur France et Europe du Sud d'AppNexus, avait bouclé un premier tour de table d'un million d'euros en janvier 2017 auprès d'Iris Capital et de plusieurs business angels.

 

Robot publicitaire pour message local

Pour communiquer sur leur zone de chalandise, les enseignes n'utilisent que des moyens traditionnels : les prospectus papier, les panneaux 4x3 et la presse quotidienne régionale. La start-up Armis propose donc aux enseignes de proximité de prendre la parole sur Internet via une publicité en ligne optimisée pour passer un message local. Concrètement, si un internaute se trouve dans le centre de Paris, il verra apparaitre une publicité en ligne de la part du Boulanger du Forum des Halles et non simplement de Boulanger.com. Autre exemple : un internaute lillois ne verra pas le même message publicitaire s'afficher de la part de l'enseigne Leroy Merlin qu'un internaute bordelais. 

 

La solution, à première vue relativement simple, repose sur trois briques technologiques : la géolocalisation, le real time bidding (automatisation de l'achat publicitaire sur internet) et l'apprentissage automatique. "Nous avons développé un robot qui prend les décisions d'achats publicitaires en ligne magasin par magasin", résume Dan Gomplewicz. La publicité s'affiche ensuite sous la forme de bannières sur Google, Facebook et les sites internet. 

 

Une nouvelle interface utilisateur

Avec les fonds levés, Armis entend développer une plate-forme SaaS (Software as a Service), qui permettra à ses clients d’intégrer plus facilement la technologie au sein de leur processus de marketing opérationnel. "Elle prendra la forme d’une interface utilisateur qui permettra de créer, d’activer, de piloter et de visualiser les campagnes", résument les deux cofondateurs qui voient dans ce nouveau logiciel un outil de personnalisation.

 

L’augmentation de capital servira aussi à renforcer l’activité commerciale de la start-up. Armis compte aujourd’hui 18 enseignes clientes dont E.Leclerc, Carrefour, Intermarché, Norauto ou encore Leroy Merlin. Toutes ont déployé la technologie à grandes échelles. Prochaine étape : conquérir deux nouvelles verticales : la mode et le jouet, où le prospectus détient un poids important. "Aujourd’hui, 70% de notre chiffre d’affaires repose sur l’alimentaire et 30% sur le non-alimentaire. D’ici deux à trois ans, nous visons une répartition 50-50", précise David Baranes.

 

Doubler les effectifs

Une partie de la levée de fonds servira enfin à préparer l’internationalisation de la start-up qui vise un déploiement hors de France d’ici deux ans. Les effectifs eux devraient doubler au cours de l’année pour passer de 23 collaborateurs à une cinquantaine.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale