Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Armis lève un million d'euros pour permettre aux magasins de prendre la parole en ligne

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds Pour permettre aux enseignes de proximité de tirer leur épingle du jeu face aux pure players dans un contexte de web-to-store, la jeune pousse parisienne Armis a développé la solution publicitaire PLM. Basée sur la géolocalisation, le real time bidding et le machine learning, elle est d'ores et déjà testée par une trentaine de magasins E. Leclerc. 

Armis lève un million d'euros pour permettre aux magasins de prendre la parole en ligne
Dan Gomplewicz, ancien directeur de la stratégie et de l'innovation de E. Leclerc, et David Baranes, ancien directeur France et Europe du Sud d'AppNexus, ont joint leur expertise pour fonder en 2016 la start-up Armis. © Armis

L'un accumule une expérience de plus de 10 ans dans le retail, l'autre est un spécialiste des technologies publicitaires. Dan Gomplewicz, ancien directeur de la stratégie et de l'innovation de E. Leclerc, et David Baranes, ancien directeur France et Europe du Sud d'AppNexus, ont joint leur expertise pour fonder, en 2016, la start-up Armis. Basée à Paris, la jeune pousse vient d'officialiser une levée de fonds d'un million d'euros auprès d'Iris Capital et de plusieurs business angels.

 

Une solution basée sur trois ruptures technologiques

Son credo : permettre aux magasins locaux de prendre la parole en ligne. "Cela paraît très simple dit comme ça, mais techniquement c'est très compliqué à mettre en œuvre", assure David Baranes. Les deux cofondateurs sont partis du constat suivant : le digital est utilisé par la marque institutionnelle, mais jamais par le magasin à l'échelle locale. Celui-ci n'utilise pas internet pour parler aux consommateurs. Pour communiquer sur sa zone de chalandise, il n'utilise que des moyens traditionnels : les prospectus papier, les panneaux 4x3 et la presse quotidienne régionale. Or, désormais, le consommateur est énormément influencé par le digital avant de faire un achat en magasin. Et pour l'heure, cette influence en ligne est trustée par les pure players.

 

Pour redonner du pouvoir aux magasins, les deux compères ont donc développé une nouvelle solution baptisée  PML, pour publicité multi-locale. La promesse : proposer aux enseignes de proximité la possibilité de prendre la parole sur internet via une publicité en ligne optimisée pour le local, et ainsi se doter d'une réplique web-to-store aux géants du web. Le tout grâce à la combinaison de trois ruptures technologiques : la géolocalisation, le real time bidding (automatisation de l'achat publicitaire sur internet) et l'apprentissage automatique. "Concrètement, si vous vous trouvez dans le centre Paris, vous allez voir apparaître une publicité en ligne de la part du Boulanger des Forum des Halles et non de Boulanger.com", explique David Baranes. La solution permet ainsi de choisir les meilleurs messages à adresser aux internautes selon la performance locale de chaque magasin. Via la plate-forme développée par Armis, les enseignes peuvent faire apparaître ces publicités très ciblées sur Google, Facebook et les sites internet.

 

Deux fois plus efficace que les prospectus

Selon la start-up, cette approche serait deux fois plus efficace que les prospectus. "Notre solution permet de toucher 50% de l'audience d'un magasin local, pour seulement 25% du budget alloué traditionnellement", fait valoir le duo, et de préciser : "70% du budget de communication des magasins est attribué aux prospectus. 30 milliards sont distribués par an et selon un baromètre, datant de 2014, seuls 2% des prospectus sont lus attentivement".

 

La solution PML a été déployée dans une trentaine de magasins E.Leclerc, dont le patron vise zéro prospectus à l'horizon 2020. Grâce à son augmentation de capital, Armis entend accélérer son déploiement commercial et prévoit aussi de s'adresser aux enseignes spécialisées non alimentaires. Des tests devraient ainsi débuter dès le 1er semestre 2017 dans le secteur de la maison et de l'équipement. La start-up, qui compte actuellement dix collaborateurs, prévoit également de doubler ses effectifs d'ici la fin 2017.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale