Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Arnaud Montebourg salue le reclassement des ingénieurs de Texas Instruments

A Sophia Antipolis, dans les Alpes-Maritimes, les deux tiers des ingénieurs de l'entreprise en difficulté Texas Instruments ont retrouvé un emploi, mais pas toujours sur la technopole.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Arnaud Montebourg salue le reclassement des ingénieurs de Texas Instruments
Arnaud Montebourg salue le reclassement des ingénieurs de Texas Instruments © acebal - Flickr - C.C

En visite lundi 15 juillet à Sophia Antipolis, technopole située près de Grasse (Alpes-Maritimes), le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a salué le reclassement des ingénieurs de Texas Instruments (TI). En début d’année, 517 ingénieurs du site de Villeneuve-Loubet ont été licenciés après l'annonce de la fermeture par le géant américain de l'électronique.

Plus de la moitié de reclassements

Intel, qui emploie 400 salariés à Sophia Antipolis, a recruté 29 ex-salariés de TI. 109 ont été reclassés dans d'autres firmes de la technopole : 70 sur le site du coréen Samsung, 17 à Amadeus, 13 à Freescale et 9 à Huawei. Sur la totalité des ex-ingénieurs de TI, 234 ont signé un contrat, 40 sont en cours de signature, 45 sont en reclassement à l’étranger, 35 vont créer leur entreprise et…  186 restent à reclasser.

Grâce à la vitalité de Sophia Antipolis, une grande partie des ingénieurs est restée sur place et peu ont dû émigrer à l’étranger. Arnaud Montebourg a salué cette performance et a annoncé que dans le cadre d’une trentaine de plans à l’étude pour relancer l’industrie française, la technopole de Sophia Antipolis aura un rôle à jouer. Le ministre du Redressement productif a également qualifié "d'extraordinaire" le reclassement des ex-salariés de TI.

Vers la reconversion du site de Villeneuve-Loubet

Il restera à régler le sort du site Villeneuve-Loubet. Ce site de 20 hectares dominant la Baie des Anges est composé de 28 000 mètres carrés de locaux et salles blanches. Les élus ne veulent pas d’une opération immobilière spéculative. Ils demandent à l’Etat de les aider à maintenir ce site pour de l’activité.

Suite à la fermeture de TI, la friche industrielle ne restera pas longtemps orpheline. Les rumeurs autour de la dispersion d’IBM à La Gaude, autre site emblématique pour la haute technologie sur la Côte d’Azur, se font plus insistantes. Un transfert des 500 ingénieurs vers Nice libérant ainsi le bâtiment historique en forme de X serait à l’étude. Une première étape vers une réduction des effectifs.

Michel Bovas

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media