Aryballe Technologies lève 7 millions d’euros pour industrialiser le développement de son nez olfactif

La société grenobloise Aryballe Technologies poursuit le développement de sa solution intelligente combinant biochimie optique et traitement de données au travers d’un nouveau cycle de financement.

Partager
Aryballe Technologies lève 7 millions d’euros pour industrialiser le développement de son nez olfactif

Moins d’un an après un précédent tour de table, Aryballe Technologies annonce une levée de fonds de 7 millions d’euros auprès de nouveaux actionnaires industriels, Samsung et le groupe SEB, et de ses actionnaires historiques. Innovacom, présent au capital de la société grenobloise depuis le premier tour de table en amorçage mené en 2016, renforce sa présence au capital de la start-up. "L'olfaction numérique est la prochaine vague de capteurs intelligents", précise la start-up dans un communiqué.

"Après une première phase de développement rapide, ayant notamment vu ses effectifs croître de plus de 30% et son portefeuille de propriété intellectuelle doubler, Aryballe Technologies entre dans une nouvelle phase de son histoire avec la commercialisation d’un capteur d’odeur universel extrêmement innovant", annonce l’entreprise. Cette augmentation de capital vise à soutenir l’industrialisation de sa technologie et accompagner ses partenaires dans leurs usages.

Une hausse de 30% de ses effectifs en 2019
Parmi les pionniers sur le marché de l’olfaction numérique, Aryballe Technologies développe depuis 2014 un "nez intelligent", baptisé NeOse, dont la technologie imite les performances de l’odorat humain. Elle repose sur un procédé de détection d’odeurs issu de l’Institut de nanosciences et cryogénie (INAC), labo mixte CEA – CNRS, et couvert par un brevet déposé en 2012.

La technologie, utilisée pour détecter toutes les odeurs chimiques, combine biochimie et optique. NeOse est en effet doté d’un prisme optique tapissé de nanocapteurs biochimiques. Une fois aspirées par le ventilateur intégré, les molécules se fixent sur les nanocapteurs, modifiant la diffraction de la lumière par le prisme. Est saisie une photo qui constitue la signature visuelle de l’odeur à détecter. L’odeur est enfin identifiée en comparant sa signature à une base de données établie par apprentissage automatique et hébergée dans le cloud via les technologies Bluetooth et GPRS d'un téléphone mobile.

L'outil, qui collecte, affiche et analyse les données d'odeurs, permet aux entreprises d'ajuster leurs décisions. La solution est pertinente pour des secteurs aussi variés que l’automobile, l’agroalimentaire, la domotique et la cosmétique.

Cette levée porte à 17 millions d’euros le financement total d’Aryballe Technologies, soutenue également par Asahi Kasei, Hyundai et International Flavors & Fragrance. Elle devrait par ailleurs être utilisée pour le recrutement d'ingénieurs et le renforcement de la division R&D. La start-up, créée en 2014, avait déjà enregistré une croissance de 30% de ses effectifs en 2019.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS