Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Ask for the moon sécurise les connaissances

Pour partager les savoir-faire d’une entreprise afin qu’ils ne se perdent pas quand un collaborateur part en retraite ou quitte la structure, Ask for the Moon a créé une plateforme pour faciliter les échanges d’informations.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Ask for the moon sécurise les connaissances
Ask for the moon sécurise les connaissances © Ask for the moon

"80% du savoir d’une entreprise est tacite, inhérent aux personnes, il n’est pas documenté. Le savoir-faire des collaborateurs créé la valeur de l’entreprise", détaille Clément Dietschy, PDG de Ask for the Moon qui accompagner les industriels et les entreprises françaises dans la capitalisation et le partage de ces connaissances au sein des équipes.

En s’appuyant sur le fait que les collaborateurs perdent en moyenne trois heures par jour à chercher une information, Ask for the Moon a créé une plateforme régit par trois principes. "Il faut avant tout identifier qui dispose du savoir-faire, ensuite pour obtenir une information, la façon la plus efficace consiste à poser une question à la bonne personne afin qu’il y réponde. Enfin, il faut que cette information soit validée par les pairs pour la sécuriser."

Des réponses en quelques clics
Ask for the Moon prend la forme d’une plateforme numérique disponible sur le web ou sur mobile. Elle cartographie les compétences de l’entreprise grâce à un questionnaire précis dans lequel les collaborateurs déclarent celles dont ils disposent et sur quel thème ils peuvent être interrogés. Un moteur de recherche soutenu par de l’intelligence artificielle suggère à chacun les compétences à ajouter à son profil en tenant compte de la diversité de vocabulaire.

"Nous nous basons sur une ontologie, un lexique adapté au secteur d’activité de nos clients qui décrit sa réalité." L’application prend ensuite la forme d’un système de questions / réponses via une messagerie instantanée où les collaborateurs pourront exposer une problématique et ouvrir une discussion avec des collègues susceptibles de lui répondre.

"Grâce aux mots clés, leurs synonymes et aux compétences cartographiées, en appliquant des liens logiques, un salarié reçoit une notification uniquement s’il est concerné par le sujet. Il n’est pas dérangé à tort et à travers mais seulement quand on s’adresse directement à ses connaissances." Selon Clément Dietschy, chacun prend plaisir à partager et transmettre son savoir en répondant avec des explications voire même une vidéo.

Sécuriser les connaissances
Dans le cas où une connaissance aurait déjà été partagée, l’application garde la réponse en mémoire et ne sollicite plus le collaborateur concerné. Ask for the Moon sécurise ainsi les savoir de l’entreprise. "En trouvant rapidement les réponses, le travail s’accélère. C’est un outil qui répertorie les trucs et astuces qu’on ne transmet pas de manière intuitive, la connaissance de la machine à café qui se capitalise."

Pour garantir la pertinence de l’information, plusieurs personnes expertes viennent la confirmer. Sous forme de marque blanche, Ask for the Moon est déjà devenue Ask Framatome ou Ask Bouygues. "Chez Framatome, la durée de vie du savoir s’étend sur 120 ans donc la sécurisation relève du défi."

Améliorer l’existant
Depuis sa création en 2018, la start-up a levé 500 000 euros. La dernière levée de fonds, de 150 000 euros, vient de se clôturer avec des investisseurs issus de l’industrie et de grands groupes comme Olivier Brourhant, PDG de Mantu & fondateur Aonia Ventures et Laurent Fiard, PDG Visiativ. "Cette levée va nous permettre de développer l’intelligence artificielle car les niveaux de complexité et de fiabilité demandent une amélioration constante notamment pour renforcer l’adéquation entre les questions et les réponses."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.