Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

AstraZeneca, Docaposte et Impact Healthcare veulent favoriser l'utilisation des données de santé

AstraZeneca, Docaposte (La Poste) et Impact Healthcare lancent une plateforme d'hébergement et d'analyse de données de santé, baptisée Agoria Santé. L'objectif est de permettre aux patients de rapidement accéder aux innovations thérapeutiques et d'optimiser leurs parcours de soin.
mis à jour le 18 juin 2021 à 17H56
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

AstraZeneca, Docaposte et Impact Healthcare veulent favoriser l'utilisation des données de santé
AstraZeneca, Docaposte et Impact Healthcare veulent favoriser l'utilisation des données de santé © Docaposte

AstraZeneca, Docaposte, la filiale numérique du groupe La Poste, et Impact Healthcare, société spécialisée dans les services numériques dédiés à la santé, annoncent ce vendredi 18 juin le lancement du consortium "Agoria Santé". Il a pour vocation de rassembler un collectif d'acteurs de la santé et de la science des données autour d'objectifs communs, tels l'efficience du parcours de soin des patients, l'amélioration des systèmes de santé ou encore l’évaluation de l’usage et de l’impact en vie réelle des produits de santé.

Les premiers objectifs poursuivis par Agoria Santé sont de permettre aux patients un accès rapide aux innovations thérapeutiques, d'optimiser leurs parcours de soin et d'améliorer leur prise en charge, détaille le communiqué.

Une plateforme d'hébergement et d'analyse
En pratique, les partenaires proposent une plateforme d'hébergement et d'analyse des données de santé qui sera opérée en France au sein de l'environnement "hébergeur de données de santé" (HDS) de Docaposte. Ce label autorise le stockage de données de santé. C'est un gage de sécurité informatique, caractéristique indispensable à la conservation d'informations sensibles.

Cette plateforme doit permettre de croiser plusieurs bases de données, y compris le Système national des données de santé. Pour rappel, le SNDS regroupe les principales bases de données de santé publique existantes, telles que la base SNIIRAM contenant les données de l'Assurance maladie, la base PMSI contenant les données issues de l'activité des établissements de santé ou encore la base CepiDC sur les causes de décès. Les membres du consortium pourront également y intégrer leurs données. Le catalogue de données est en cours de constitution.

Les acteurs de la santé pourront devenir membre du consortium à condition de s'acquitter d'un "ticket d'entrée", ce qui leur permettra de bénéficier "d'un tarif préférentiel sur les services". De leurs côtés, "les entreprises non membres paient en fonction des services utilisés", a précisé Docaposte.

Données agrégées et anonymisées
Cette plateforme s'appuie sur une technologie intégrant de l'intelligence artificielle à travers l'outil DataChain développé par Adobis, un éditeur grenoblois qui propose une plateforme de visualisation des données. Les résultats des projets de recherche seront restitués sous forme de données agrégées et anonymes.

La plateforme est "une solution ouverte qui est complémentaire du Health Data Hub", précise Docaposte. La filiale de La Poste ajoute qu'elle a reçu "un accueil très favorable de la part de la sphère institutionnelle". 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.