Attentats de Bruxelles : Cazeneuve et Clinton veulent traquer l’Etat islamique sur Internet

Après les attentats de Bruxelles, Bernard Cazeneuve et Hillary Clinton ont de nouveau pointé du doigt le rôle d’Internet dans le développement de l’Etat islamique.

En décembre dernier, Abdelasiem El Difraoui avait expliqué à L’Usine Digitale le rôle essentiel du web et les pistes pour y débusquer les terroristes.

De son côté, le fondateur de l'association Mozilla Europe, Tristan Nitot, affirmait alors que dans ces circonstances dramatiques, la question du chiffrement relève plus que jamais d’un choix de société.

Partager
Attentats de Bruxelles : Cazeneuve et Clinton veulent traquer l’Etat islamique sur Internet

"Ceux qui nous frappent utilisent le Darknet et des messages chiffrés", a affirmé le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, face à l’Assemblée Nationale, ce 22 mars, en réaction aux attentats de Bruxelles. Sur CNN, la candidate démocrate à la présidence américaine, Hillary Clinton, a quant à elle préféré déclarer : "Nous devons aller les chercher sur Internet. Vous pouvez bâtir des murs autour de votre pays, mais vous ne pouvez pas cloisonner Internet. Or, c’est un outil majeur de radicalisation, de recrutement et de propagande qu’Isis utilise de façon très sophistiquée."

En décembre 2015, le politologue spécialiste du djihad 2.0, Abdelasiem El Difraoui, confirmait à L’Usine Digitale que c’est bien dans le réseau des réseaux qu’il faut chercher les terroristes de l’Etat islamique. Il décryptait précisément comment l’Etat islamique se servait d’Internet à la façon de n’importe quelle entreprise. Et, à l’instar de Jared Cohen, le patron de Google Ideas, comment il était possible de marginaliser l’Etat islamique en particulier en le repoussant dans le dark web.

A lire aussi : "Les géants du net doivent absolument muscler leurs cellules contre le djihadisme", selon Abdelasiem El Difraoui

Le sujet est plus que sensible. Tristan Nitot, l'un des fondateurs de Mozilla avait lui aussi réagi suite aux attentats qui ont frappé Paris en novembre et donné des pistes de réflexions à la très difficile question du chiffrement des données dans un contexte comme celui des attentats à répétition. Un sujet replacé sur le devant de la scène par l’affrontement entre Apple et le FBI, et par les tragiques événements du 22 mars à Bruxelles.

A lire aussi : "La société de la surveillance est-elle notre projet de société ?", interroge Tristan Nitot

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS