Attention, les prix du cloud vont remonter, prévient Forrester

Orientés jusqu’ici à la baisse, les prix de cloud computing risquent de remonter à partir de 2020, selon Forrester. De quoi prendre au dépourvu les entreprises utilisatrices, piégées sans le savoir par leurs fournisseurs.

Partager
Attention, les prix du cloud vont remonter, prévient Forrester

La baisse des prix dans le cloud, qui faisait jusqu’ici le bonheur des utilisateurs, ne va pas durer. Pire, elle risque de s’inverser à partir de 2020 pour laisser la place à une douloureuse hausse des prix. Henry Peyret, analyste chez Forrester, en est convaincu. "Nous sommes dans une évolution typique d’un nouveau marché du numérique, explique-t-il. Le marché du cloud computing est encore dans une phase de forte croissance à deux chiffres. Les fournisseurs sont dans une course effrénée à la taille. Ils utilisent la baisse des prix comme une arme pour gagner des parts de marchés sur les concurrents".

Pression de la bourse

Selon le cabinet TBR, le marché mondial du cloud public, où la bataille des prix fait rage, devrait passer de 80 milliards en 2015 à 113 milliards en 2018. Mais selon Forrester, cette croissance exceptionnelle devrait ralentir aux alentours de 2020 et passer à une progression à un chiffre, comparable à celle dans l’informatique traditionnelle.

De quoi faire entrer l’industrie du cloud computing dans une phase de consolidation, seule alternative pour les acteurs de continuer à croitre plus vite que le marché. "Aujourd’hui, les fournisseurs de services cloud affichent des marges faibles de 5 à 10%, analyse Henry Peyret. C’est parfaitement toléré par la bourse et les actionnaires parce que la croissance reste forte et impose aux acteurs de forts investissements. Mais ce ne sera plus le cas quand le marché aura atteint sa maturité et la croissance sera tombée à un chiffre. Les fournisseurs devront alors afficher des marges de 20 à 30%, comparables à celles des acteurs traditionnels de l’informatique. Ce qui passe nécessairement par une remontée des prix". Les ténors du cloud, comme Amazon, Salesforce, Microsoft, Google ou IBM, sont en effet tous cotés en bourse.

Les clients piégés par les fournisseurs

Ce retournement risque de prendre au dépourvu les entreprises qui ont fait du cloud un moteur de leur transformation digitale. Le problème c’est qu’elles ne pourront pas faire grand-chose pour limiter l’impact. "Les grands acteurs américains, qui dominent le cloud, sont dans un modèle Lock-in, constate l’analyste de Forrester. Une fois le client acquis, il est piégé. Il peut difficilement récupérer ses données et migrer chez un autre fournisseur moins cher. C’est un des gros problèmes du cloud aujourd’hui".

Alors que faut-il faire ? "Limiter les risques en évitant de tout engager auprès du même fournisseur, conseille Henry Peyret. Il faudrait aussi penser à privilégier des acteurs locaux comme OVH, avec lesquelles il est plus facile de discuter qu’avec les grands acteurs américains". Voilà les entreprises prévenues.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS