Au Canada, les européens Nokia et Ericsson à l'honneur pour la 5G au détriment de Huawei

Alors que le gouvernement canadien ne s'est toujours pas prononcé sur le bannissement ou non de Huawei pour l'établissement des réseaux 5G, les opérateurs télécoms prennent les devants. Bell Canada et Telus Corps ont annoncé préférer utiliser les équipements des européens Ericsson et Nokia pour leur réseau 5G.

Partager
Au Canada, les européens Nokia et Ericsson à l'honneur pour la 5G au détriment de Huawei

Deux des plus importants opérateurs télécoms canadiens, Bell Canada et Telus Corps, préfèrent Ericsson et Nokia à l'entreprise chinoise Huwaei pour développer leurs réseaux 5G dans le pays. Une annonce faite mardi 2 juin 2020 qui facilitera sans doute la décision du gouvernement canadien d'autoriser ou non l'utilisation des équipements Huawei pour l'établissement de la 5G.

Un choix plus coûteux
Bell a affirmé qu'Ericsson lui "fournira l'équipement du réseau d'accès radioélectrique (RAN)". L'opérateur télécoms canadien, qui avait déjà choisi la société européenne pour la précédente génération de réseau sans fil 4G LTE, rappelle qu'Ericsson a déjà conclu 92 ententes commerciales relatives à cette technologie 5G. Telus, de son côté, a noué des partenariats avec Ericsson et Nokia pour ses équipements 5G. L'autre opérateur télécoms dominant le marché canadien, Rogers Communications, avait déjà annoncé s'être rapproché d'Ericsson, rappelle Reuters.

Meng Wanzhou peut être extradée

Une annonce qui intervient quelques jours après que la justice canadienne se soit prononcée en faveur de la poursuite de la procédure d'extradition de Meng Wanzhou, la directrice financière de Huawei, vers les Etats-Unis. Arrêtée à la demande des Etats-Unis à Vancouver en décembre 2018, Meng Wanzhou est accusée de fraude bancaire.



Le gouvernement n'a pas encore rendu de décision officielle autorisant ou non l'utilisation des équipements Huawei pour les réseaux 5G. Cela fait près de deux ans que le Canada étudie les implications en termes de sécurité et de souveraineté. Ces enjeux sont fortement mis en avant par les Etats-Unis qui ont banni l'entreprise chinoise et poussent leurs alliés à en faire de même. Le Royaume-Uni travaille d'ailleurs sur un plan qui conduirait à l'interdiction pure et simple des équipements Huawei de la 5G d'ici à 2023 alors même qu'en janvier dernier il prenait une position plus modérée sur ce sujet.

Face à ces indécisions, les entreprises canadiennes ont choisi la sécurité en se tournant vers Nokia et Ericsson. Un choix qui est toutefois plus coûteux, même si aucun ne donne de chiffre précis sur ce coût supplémentaire.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS