Au CES, Dassault Systèmes veut se rapprocher des nouveaux acteurs de l'auto

Dassault Systèmes a pour la première fois son propre stand au CES de Las Vegas.

Un moyen de se rapprocher des nouveaux acteurs de l'innovation, en particulier dans l'automobile.

Le français a par exemple aidé Faraday Future à concevoir son premier prototype.

Partager
Au CES, Dassault Systèmes veut se rapprocher des nouveaux acteurs de l'auto

S'il n'y a pas encore de Tesla français, ni même européen, les voitures des nouveaux constructeurs californiens embarquent (un peu) de technologie tricolore. La firme créée par Elon Musk utilise en effet les outils d'aide à la conception de Dassault Systèmes. Et elle n'est pas la seule.

La société française (mais avec une majorité de salariés aux Etats-Unis) compte parmi ses clients la plupart des grands noms de l'auto, comme Ford, Toyota, BMW, PSA et Renault, depuis 30 ans. Et aussi, de plus en plus, des acteurs émergents du secteur : constructeurs, start-up technologiques, sous-traitants, géants de l'électronique. Raison pour laquelle le français expose au CES, puisque "tous (ses) clients y sont", souligne Olivier Sappin, le Monsieur Auto de la société.

la 3D pour façonner la 1ere voiture de faraday future

C'est avec les outils de Dassault Systèmes, par exemple, que Faraday Future a conçu son premier prototype de "tablette sur roues" montré pour la première fois au CES. "On travaille avec eux depuis qu'ils existent, dans leur siège de Los Angeles, d'anciens locaux de Nissan, commente Olivier Sappin, vice-président Transport et Mobilité. C'est fabuleux de bosser avec eux, on a l'impression qu'ils veulent s'affranchir de tous les problèmes du moment pour l'automobile. Et on les accompagne non seulement, pour la conception, mais aussi pour la production, avec cette idée d'avoir des véhicules très modulaires et de pouvoir répondre à la demande avec flexibilité".

Pour Dassault Systèmes, il a bien évidemment fallu s'adapter à ces nouveaux acteurs aux équipes plus réduites, aux budgets parfois limités, mais très flexibles. "C'est un challenge pour nous de faire en sorte que nos outils de conception collaborative, de simulation, de sketching, de création de maquette numérique, s'adaptent à ces nouveaux acteurs", explique Olivier Sappin. "On y arrive notamment grâce au cloud. Le français Akka Technologie, qui est venu vers nous pour mettre au point un prototype de véhicule autonome, a une petite équipe d'ingénieurs partagée entre Paris et Stuttgart. Ils ne veulent pas perdre de temps à mettre en place une infrastructure complexe mais veulent des outils de travail collaboratifs efficaces et disponibles rapidement. Le cloud permet cela".

C'est un pari sur l'avenir, puisque ces nouveaux acteurs adressent des niches et sont encore loin de faire vaciller les grands du secteur. Mais leur nouvelle approche peut bénéficier aux anciens de l'industrie. "Il est clair que tous les constructeurs regardent de très près ces nouveaux entrants. Le fait de travailler avec eux est un atout".

A las vegas mais pas à detroit

C'est ce que veut montrer Dassault Systèmes au CES, où il dispose pour la première fois d'un stand, dans l'espace 3D du salon. Comme beaucoup d'autres, le français utilise cet événement B2C pour faire du B2B. "C'est un endroit où l'on peut discuter avec tous les acteurs avec lesquels on est susceptibles de travailler. Ça bouge à toute vitesse, cela nous permet aussi de capter ce qui se passe". Signe des temps : Olivier Sappin fera le voyage au salon automobile de Detroit, quelques jours après le CES... mais comme visiteur et non comme exposant.

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS