Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Au FIC, Cazeneuve esquisse son grand plan contre la cybermenace

Au forum international de la cybersécurité à Lille, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a souligné la nécessité pour son ministère de se doter d’outils et de ressources appropriés pour faire face à l’accroissement des nouvelles menaces numériques.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Au FIC, Cazeneuve esquisse son grand plan contre la cybermenace
Au FIC, Cazeneuve esquisse son grand plan contre la cybermenace © Wikimedia commons

Les visiteurs du salon du FIC qui se tient à Lille les 20 et 21 janvier, resteront sur leur faim après l’intervention de Bernard Cazeneuve. Le ministre de l’Intérieur a en effet annoncé qu’il réservait au Premier ministre et au président de la République les détails de son grand plan d’action contre les cybermenaces. Elles devraient être dévoilées après le conseil des ministres de ce 21 janvier. Par contre, il a martelé la nécessité d’agir dans le contexte post attentat : "Les attentats que nous avons dû affronter ont eux aussi largement démontré la centralité de ces enjeux de cybersécurité, et par là même l’absolue nécessité qu’il y a aujourd’hui à renforcer notre dispositif de lutte contre les cybermenaces". S’il n’a jamais prononcé  durant son discours les termes de Patriot Act à la française, il a reconnu que des évolutions dans le domaine du droit français seraient sûrement nécessaires. "Sans doute notre dispositif législatif doit-il encore être amélioré. Et nous allons bientôt faire de nouvelles propositions pour gagner en efficacité dans notre lutte contre le cyberterrorisme", a-t-il indiqué

Le ministre a fait le point de la menace actuelle visant aussi bien les institutions, les entreprises, que le grand public. En matière de cyber terrorisme, il s’inquiète de la progression des  phénomènes de radicalisation violente et d’endoctrinement sur Internet, aboutissant au départ pour la Syrie et l’Irak de plusieurs centaines de jeunes Français. "Les groupes terroristes qui ciblent la France sont extrêmement actifs sur les réseaux sociaux tels Facebook, Twitter et Youtube", a-t-il dit. Ses services ont dénombré plus de 1300 attaques sur des sites institutionnels et privés par des hackers se revendiquant d’organisations islamistes… Les entreprises et les particuliers sont également des cibles. Ainsi des multinationales et des PME ont été récemment victimes d’escroqueries au faux ordre de virement international (FOVI) et l’usage frauduleux de cartes bancaires dans les transactions sur Internet s'élevait à 155 millions d’euros l’an dernier.

Des mesures déjà prises

Dans ce contexte, Bernard Cazeneuve a rappelé les mesures déjà prises : l’adoption de la loi contre le terrorisme en novembre dernier notamment pour lutter contre la propagande djihadiste, l’introduction du délit de vol de données numériques, la facilitation des perquisitions informatiques et du déchiffrement des données cryptées, la nomination en décembre d’un "préfet cyber" spécifiquement chargé de la lutte contre les menaces numériques… "Le décret d’application relatif au blocage des sites sera publié dans les prochains jours, après les dernières consultations ; celui relatif au déréférencement suivra rapidement", a précisé le ministre. 

Le ministre a toutefois été moins volubile sur le contenu de son  grand plan contre les cybermenaces. Il devrait s’articuler autour de six axes stratégiques. Parmi ceux-ci : la production d’un rapport annuel sur les cybermenaces, le renforcement des capacités d’analyse et de réponses opérationnelles qui pourront s’appuyer sur les 1800 enquêteurs de la gendarmerie nationale, la sensibilisation et la prévention des publics, une meilleure coopération à l’international.… L’initiative comporte également un volet lié à l’innovation. Le ministre mise en effet sur les industriels afin de faire émerger une offre française, mais aussi européenne de cybersécurité : "Il est essentiel pour nous de disposer d'un tissu industriel solide, qui soit à même de proposer des solutions de cybersécurité éprouvées et qui préservent la souveraineté nationale", a-t-il précisé.

Hassan Meddah

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale