Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Au Japon, la Fédération Française d’Athlétisme va tester les prochains produits connectés d'Asics

Le japonais Asics ne manque pas d’ambitions en matière de sport connecté. Dans les coulisses du Marathon de Paris, le quatrième équipementier sportif mondial spécialiste du running nous révèle quelques secrets sur sa recherche, réalisée intégralement au Japon.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Au Japon, la Fédération Française d’Athlétisme va tester les prochains produits connectés d'Asics
Au Japon, la Fédération Française d’Athlétisme va tester les prochains produits connectés d'Asics © Saoyagi2 - C.C.

Six mois après l’annonce du partenariat entre Cityzen Sciences, spécialiste français du textile connecté, et le quatrième équipementier sportif mondial, le japonais Asics, très peu d'éléments ont filtré sur l’avancement de leur projet : la mise au point d'un T-shirt connecté. Chez le Japonais, toujours discret, on ne laisse rien fuiter, d’autant que ce partenariat (signe de son caractère stratégique) a été signé directement avec la maison-mère à Kobe, qui centralise la recherche du groupe.

Lors du Sommet de la Course à pied, organisé le 25 mars à Paris, le président de Cityzen Sciences Jean-Luc Errant a dévoilé quelques éléments concernant le fameux T-shirt, qui pourrait être prêt pour la fin de l’année. Dans ses locaux situés en Rhône-Alpes, le Français a d’ailleurs convié plusieurs spécialistes de la course à pied à une démonstration du boitier qui sera inséré dans le T-shirt. Il est doté de capteurs résistant à l’eau, et à la sueur. Une fois sorti du textile, il suffirait de le connecter à un ordinateur pour récupérer toutes les données. "On ira bien au-delà des appareils connectés d’aujourd'hui, c’est une voie d’entrée vers des choses extraordinaires !", confie la porte-parole d’Asics France, à L’Usine Digitale.

Quatre ans pour développer la chaussure du futur

Kobe abrite l’Institut des Sciences du Sport Asics, où planche une centaine d’ingénieurs et scientifiques, sur les 6 585 salariés dans le monde que compte la marque. "Nos chercheurs sont capables de travailler durant quatre ans pour développer les chaussures du futur, indique Clémence Desbrosse. Pour la dernière gamme que nous avons sortie, la semelle avait subi plus de 3 000 tests pour évaluer le contact avec le sol, et les chaussures plus de 200 000 flexions : cela représentait 280 kilomètres de marche."

Asics ambitieux en Europe

Asics est le quatrième équipementier mondial derrière Nike, Adidas et Puma, qu’il talonne avec environ 3 milliards de dollars de ventes réalisées sur le dernier exercice annuel (bouclé en mars). La France, où il compte 87 employés dans des fonctions commerciales, marketing et support, constitue sa première filiale en Europe. Sur le vieux continent, le japonais ambitionne de réaliser un milliard d’euros de chiffre d'affaires d’ici mars 2016, contre un peu plus de 800 millions d’euros l’an dernier.

Equipé d’une piste d’athlétisme mais aussi d’un stade sur son site de 16 000 mètres carrés, l’Institut accueille également chaque année tous les athlètes ambassadeurs de la marque Asics. Il peut ainsi leur concevoir des chaussures sur mesure pour compenser les potentiels problèmes bimécaniques détectés par l'outil d’analyses Asics Foot ID. Grâce à ses composants statiques (un scanner 3D du pied, doté de quatre lasers et huit caméras), ce système permet des mesures du pied au millimètre près, qu'il compare ensuite à une base de données podologiques de référence. Il est aussi équipé de composants dynamiques avec un tapis d’entraînement, une caméra prenant des vues arrières du pied, un logiciel propriétaire et des chaussures de test équipées de marqueurs pour une analyse détaillée des mouvements.

La Fédération Française d’Athlétisme bientôt à Kobé

Cette année, l’Institut recevra la Fédération Française d’Athlétisme, avec laquelle Asics vient de reconduire un partenariat jusqu’en 2021. "L’objectif de ce voyage sera d’avoir une meilleure appréhension des besoins des athlètes, de réaliser de multiples analyses et probablement des tests avec des produits connectés pour aboutir à une nouvelle collection pour juin 2016", explique Clémence Desbrosse.

Le grand public aussi peut tester l’outil Foot ID. Asics le déploie désormais sur tous les grands évènements de la marque, comme le Marathon de Paris organisé ce 12 avril, et dans des magasins spécialisés (quatre en France). En collectant et connectant les données issues des pieds des coureurs du monde d’entier, le Japonais compte améliorer ses chaussures et faire évoluer ses moules, en tenant compte des différences de morphologies des pieds selon les continents.

Propos recueillis par Gaëlle Fleitour

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media