Au Kenya, le digital pour lutter contre la corruption dans le secteur minier

Connu - voire redouté - pour ses méthodes expéditives, le ministre kenyan des Mines Najib Balala conduit actuellement une réforme minière majeure. Pour promouvoir la bonne gouvernance, son credo est simple : "Moins d’interactions humaines, moins de corruption". Lé réponse est, forcément, dans la digitalisation des échanges.

Partager
Au Kenya, le digital pour lutter contre la corruption dans le secteur minier

"Qu’est-ce qui garde les investisseurs éveillés la nuit ? La gouvernance !", affirmait Peter Ruxton, fondateur de Tembo Capital, à la conférence Mining on Top Africa (Londres, 24 au 26 juin 2015). "Si nous pouvions contenir la corruption, les capitaux afflueraient sur le continent africain."

En réponse, le gouvernement kenyan propose une parade originale : la digitalisation des échanges. "Nous avons mis en place un portail pour visualiser les concessions minières disponibles et effectuer en ligne les demandes d’application", explique le ministre kenyan des Mines, Najib Balala.

Ce portail permet de pré-réserver sur le cadastre en ligne une zone de permis le temps que soit effectuée l’enquête. La démarche de demande de permis est simplifiée, et la diminution des interactions humaines permet de réduire les opportunités de corruption.

Myrtille Delamarche

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS