Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Au siège californien de Facebook, tout est fait pour que l'employé soit bien et pense Facebook

A peine dix ans après sa création, Facebook s'est senti à l'étroit dans ses locaux. L'entreprise a alors fait construire un nouveau bâtiment confié à Frank Gehry.  Ce sont autant des bureaux qu'un manifeste managérial, où toutes les valeurs maison sont mises en espace.  Visite du bâtiment en respectant les règles maison.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Au siège californien de Facebook, tout est fait pour que l'employé soit bien et pense Facebook
Au siège californien de Facebook, tout est fait pour que l'employé soit bien et pense Facebook © Christophe Bys

Bienvenue au nouveau siège de Facebook à Menlo Park Californie, MPK pour les intimes. Il jouxte les anciens bâtiments de la compagnie créée il y a à peine quinze ans par Mark Zuckerberg. Ces derniers, quasi-historique à l’échelle du numérique et de la Californie, accueillaient auparavant les locaux de Sun Microsystems (Sun pour Stanford University Network). Pour la petite histoire, la pancarte à l’entrée a juste été retournée. Et au revers du logo de Facebook, on peut toujours voir celui de Sun, une version high tech des peintures de vanités d’hier.
 

Les locaux historiques de Sun repris par Facebook, la longue allée évoque une rue de ville avec la boutique souvenir Facebook. 

 

Mais ces locaux s’étant révélés assez vite exigüs, Facebook a fait construire un nouveau bâtiment d’environ 40 000 mètres carrés, confiés à l’architecte mondialement connu Frank Gehry (on lui doit la fondation Cartier, l’immeuble de la cinémathèque française ou encore le Guggenheim de Bilbao). Ce second immeuble a été ouvert le 30 mars 2015. Visite guidée.

 

La maquette de l'immense open-space donne une idée de la taille de ce dernier.

 

Ce n’est pas qu’un bureau ultra-moderne : tout y a été pensé pour refléter les valeurs du réseau social au pouce levé. Si l’accueil peut sembler austère, c’est voulu : il s’agit de rappeler aux visiteurs et au personnel les valeurs de simplicité maison. Ici, on pense d’abord praticité et efficience. Message reçu cinq sur cinq. Idem pour les finitions assez rustiques du bâtiment. C’est voulu, assure notre guide, c’est pour rappeler aux 2800 employés du site que rien n’est jamais fini, qu’il faut toujours se remettre en question, ne pas s’endormir sur ses lauriers. Et pour cela, partout règne le bureau adaptable, sur lequel on peut travailler debout ou assis (un standard californien). 

 

 

Ces nouveaux bureaux sont constitués d'un seul et unique étage. Là encore, c’est un choix, nous assure-t-on. Le patron de Facebook et son architecte ont voulu signifier que personne n’est au-dessus des autres, que la hiérarchie est plate. D’ailleurs, au milieu de l’immense open space, on nous montre d’un doigt ému la place de Mark Zuckerberg (avec interdiction de la photographier) qui, lorsqu'il vient, siège au milieu des siens, c’est incontestable.

 

L'accueil du bâtiment donne une idée de la rigueur des matériaux utilisés. 

 

Si la description peut évoquer un monde rigoureux de remise en question perpétuelle, les Facebookiens ne sont pas pour autant d’austères jansénistes. Le confort et le bien-être des équipes sont une préoccupation que l’on retrouve dans l’architecture et la décoration intérieure. Il y a évidemment la cantine gratuite qui a fait pour la renommée de l’entreprise autant que les tongs de piscine de son fondateur.

 

Breakfast at Facebook, c'est tout compris

 

Mention spéciale quand même pour la machine à presser les oranges, soit la version "healthy made in California" du jus d’orange.

 

 

Les distributeurs automatiques ne sont pas oubliés, sauf que là ce ne sont pas des aliments que l’on peut acheter mais plus étonnamment des claviers d’ordinateurs ou des coques pour smartphones.

 

 

De même, le service informatique maison a des allures de boutique branchée. 

 

 

Les murs sont aussi utilisés pour reprendre les messages maison. Ici, c’est une immense affiche à la gloire des collaborateurs qui travaillent dans les data centers loin du confort du siège.

 

 

Ailleurs, c’est ce mur de Post-it® pour répondre à la question "Pourquoi n'en parlons-nous pas ?" qui surprend un peu dans ce temple du numérique.

 

 

Ici et là, sont installées des œuvres d’art qui ont été confiées à 15 créateurs, essentiellement originaires de la baie. 

 

Si l’entreprise est mondiale, sa volonté de s’ancrer localement est aussi présente sur l’immense toit-terrasse. Toutes les espèces plantées sont issues de la région. Depuis ce belvédère sur la baie de San Francisco, on a l’impression de traverser un jardin hors du temps et de l’espace. Là aussi, on trouve des espaces pour travailler ou faire du sport, voire pour boire des rafraîchissements offerts également. Rassurez-vous, la très saine Californie offre smoothies et jus de fruits frais mais pas d’alcool.

 

 

 

 

 

Par Christophe Bys, envoyé spécial à San Francisco (textes et photos)

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale