Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Autodesk met la fabrication assistée par ordinateur à l'heure du cloud

Autodesk lance la première solution de FAO (fabrication assistée par ordinateur) accessible via le Cloud. Elle permet d’ouvrir des sessions de travail collaboratif, d’accéder aux projets depuis n’importe quel ordinateur, et d’afficher un rendu réaliste de l’état de surface de la pièce après usinage.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Autodesk met la fabrication assistée par ordinateur à l'heure du cloud
Autodesk met la fabrication assistée par ordinateur à l'heure du cloud © D.R. - Cegid

Il y a un an, Autodesk faisait l’acquisition de la société HSMWorks, complétant son portefeuille de produits avec une solution de Fabrication assistée par Ordinateur (FAO). Aujourd’hui, avec le lancement de CAM 360, l’éditeur américain est le premier à mettre sur le marché un logiciel de FAO accessible via le Cloud. "Disposer d’une offre FAO, en complément des outils tels que AutoCAD ou Inventor, nous semblait indispensable, car après avoir conçu un produit il faut pouvoir vérifier sa fabricabilité. Mais le fait de porter le tout sur le Cloud ouvre désormais de nouvelles possibilités", promet Carl White, le directeur de la division manufacturing engineering chez Autodesk.

Effectivement, les avantages sont nombreux à exécuter la simulation de l’usinage d’une pièce non pas en local, mais sur des serveurs distants, via Internet. D’abord, l’utilisateur peut accéder à une base de données virtuellement illimitée en termes d’outils ou de supports d’usinage (pour maintenir la pièce durant la fabrication). Ensuite, plus besoin d’une puissante station de travail pour faire tourner les complexes algorithmes d’optimisation de trajectoires d’outils. En effet, la technologie HSMWorks a été développée pour des plates-formes multi-cœurs 64 bits, mais comme le programme s’exécute désormais sur des serveurs distants, n’importe quel PC ou Mac suffit pour lancer les calculs, recevoir les résultats et générer les programmes qui seront chargés sur la machine à commande numérique.

Collaborer autour d’un projet d’usinage

Comme tous les logiciels de type Cloud, CAM 360 permet à des ingénieurs de travailler sur des projets depuis n’importe quel poste, où qu’ils soient dans le monde, sans se soucier de questions de transferts de fichiers ou de gestion des mises à jour. Surtout, le logiciel apporte une dimension collaborative qui peut se révéler utile dans le cadre des projets de FAO. "Si un ingénieur éprouve des difficultés avec une pièce, il peut facilement faire appel à un de ses collègues plus expérimenté, il lui suffit pour cela d’ouvrir une session partagée, explique le chef de produit Anthony Graves. Plus important encore, il est plus facile pour le responsable de la fabrication d’expliquer au concepteur pourquoi la pièce qu’il a dessinée n’est pas usinable".

A ce sujet, il faut noter que CAM 360, en plus du moteur de calcul des trajectoires et de génération des programmes pour commandes numériques, intègre le logiciel Fusion d’Autodesk. Ainsi, dans le cadre d’une session de travail collaboratif, le concepteur pourra effectuer tous types de modifications sur le design de son produit, mais aussi afficher un rendu réaliste de l’état de surface de la pièce après usinage. Il pourra par exemple demander au responsable de la fabrication d’effectuer des passes plus serrées pour obtenir une meilleure qualité de finition.

Démocratiser la FAO

Si CAM 360 ne saura pas répondre aux applications d’usinage les plus complexes (il ne s’applique pas aux machines au-delà de 5 axes, par exemple), il a été prévu pour adresser la plupart des besoins d’usinage traditionnel. Car l’ambition d’Autodesk, en portant la technologie HSMWorks sur le Cloud, est bien de démocratiser les principes de la FAO. "Il y a encore trop d’industriels qui programment leurs trajectoires d’outils à la main, constate Carl Bass, le PDG d’Autodesk. Pourtant, c’est évident qu’un outil qui génère automatiquement des trajectoires d’outils optimisées permet de gagner en temps de production et d’obtenir des états de surface de meilleure qualité".

Jeff Kowalski, le directeur technique d’Autodesk, va même plus loin. "Aujourd’hui, dans les processus de développement traditionnels, il y a trop d’étapes bornées : d’abord le design, puis la simulation, ensuite la simulation d’usinage. Résultat : à chaque étape s’ajoutent de nouvelles contraintes et la pièce finale ne ressemble plus à ce qui avait été dessiné au départ. En proposant des outils tout intégrés comme CAM 360, nous voulons casser ces barrières et faciliter les allers-retours entre les différentes équipes. A terme, si les concepteurs prennent davantage conscience des contraintes liées à l’usinage, ils seront mieux à même de dessiner des pièces faciles à fabriquer".

Frédéric Parisot, à Las Vegas

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media