Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Autopartage : Tripndrive part à la conquête des centres-villes, avec Citroën comme allié

La start-up Tripndrive, spécialiste de l'autopartage dans les gares et aéroports, veut conquérir de nouveaux territoires. Elle travaille avec Citroën pour accélérer son développement et débarque dans les parkings des centres des grandes villes françaises.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Autopartage : Tripndrive part à la conquête des centres-villes, avec Citroën comme allié
Autopartage : Tripndrive part à la conquête des centres-villes, avec Citroën comme allié © Tripndrive

Tripndrive arrive en ville. La start-up parisienne d'autopartage, qui opérait jusqu'ici uniquement depuis les gares et aéroports, s'installe dans des parkings au cœur des villes dès ce 20 avril. L'entreprise, créée en 2013 et qui compte 13 salariés, va devenir un peu moins "trip" et beaucoup plus "drive" en ne s'adressant plus seulement aux voyageurs, qui déposent leur voiture en partant et la laissent à qui en a besoin pendant leur absence contre rémunération, mais à l'ensemble des conducteurs qui utilisent peu leur véhicule. "Nous le faisons car on s'est rendus compte que la moitié des clients de nos parkings dans les gares étaient des habitants du quartier, et non des voyageurs, glisse le président et co-fondateur François Xavier Leduc. La dynamique de croissance est plus forte que sur le segment du voyage", ajoute-t-il. Pour matérialiser ses nouvelles ambitions, Tripndrive pourrait d'ailleurs changer de nom.

 

Paris, avant Lyon et Marseille

Treize parkings s'ajoutent à son offre dans Paris intra-muros, en plus de ceux des gares et aéroports. Lyon et Marseille devraient rapidement suivre. Tripndrive ne vise pas forcément des automobilistes occasionnels qui voudraient arrondir leurs fins de mois (comme son concurrent Drivy, qui avait testé une formule similaire à Paris durant l'été 2015), mais plutôt des urbains pressés qui ne veulent pas passer des heures à chercher un stationnement et souhaitent profiter d'un parking gratuit non loin de chez eux, sans gérer eux-mêmes le processus de location.

 

Les agents de Tripndrive jouent en effet les intermédiaires : ils réceptionnent les véhicules, vérifient l'identité des propriétaires et locataires, réalisent les états des lieux, se chargent de l'assurance (grâce à un contrat avec Allianz)… Ces véhicules peuvent être loués à des membres de la communauté et chaque kilomètre parcouru rapporte quelques centimes d'euros à leur propriétaire, en bonus. Tripndrive assure aussi un revenu complémentaire à ses parkings partenaires, qui peuvent ainsi toucher indirectement un nouveau type de clientèle. Du gagnant-gagnant-gagnant.

 

fluidifier le processus de location

La start-up, qui a débuté par Orly, puis s'est rapidement déployée dans les principaux aéroports français, a pris le temps de perfectionner ses algorithmes de prédiction pour réussir sa montée en volume. "Gérer la fluidité d'une place de marché comme celle-ci, c'est extrêmement technique, souligne François Xavier Leduc. Nous devons synchroniser les informations chez tous nos partenaires, automatiser les processus, traiter les données clients…" Objectif : gérer le plus finement possible l'offre et de la demande pour éviter que les voitures déposées sur les parkings ne stationnent trop longtemps sans être louées. C'est la clé de la rentabilité d'une telle offre.

 

Coup de jeune pour citroën

Pour développer sa flotte, Tripndrive peut s'appuyer depuis mars sur un partenariat avec Citroën, à Paris. Les acheteurs de petites citadines de la marque aux chevrons (par leasing ou location avec option d'achat), qui roulent peu, sont incités à intégrer la communauté Tripndrive. Avec l'argument de faire baisser leurs mensualités et de disposer d'un parking gratuit. "Cela peut représenter 25% du coût de la location, de l'assurance et de l'entretien", souligne le président de la start-up. Citroën compte bien surfer sur ce nouveau mode de consommation de l'auto pour rajeunir sa clientèle, dont la moyenne d'âge est de plus en plus élevée. Les premiers résultats de cette alliance seraient prometteurs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale