Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Alexa peut désormais gérer la prise de médicaments de ses utilisateurs aux Etats-Unis

Alexa, l'assistant vocal d'Amazon, se dote d'une nouvelle fonctionnalité : le rappel de prise de médicaments et le renouvellement d'ordonnance. Vouée à s'étendre sur le territoire américaine, cette compétence a très peu de chance d'arriver en France où l'industrie pharmaceutique est strictement réglementée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Alexa peut désormais gérer la prise de médicaments de ses utilisateurs aux Etats-Unis
Alexa peut désormais gérer la prise de médicaments de ses utilisateurs aux Etats-Unis © Amazon

Alexa déploie une nouvelle fonctionnalité dans le secteur de la santé. Depuis le 26 novembre 2019, l'enceinte connectée d'Amazon peut alerter ses utilisateurs pour une prise de médicaments ou pour renouveler une ordonnance. "Après avoir reçu plusieurs commentaires de clients, nous avons noté une tendance : ils sont nombreux à utiliser Alexa pour leur rappeler de prendre un médicament régulièrement", raconte Rachel Jiang, responsable de l'équipe santé et bien-être chez Amazon. 

 

Pour ce projet, le géant de l'e-commerce s'est associé à Omnicell, une entreprise américaine spécialisée dans la vente de produits pour les pharmacies et les hôpitaux. Pour le moment, la possibilité de renouveler une ordonnance est limitée aux régions où Giant Eagle, une chaîne de pharmacies américaine, est présent (Pennsylvanie, l'Ohio, le Maryland, Virginie occidentale et l'Indiana). Mais Amazon compte rapidement étendre cette fonctionnalité à d'autres pharmacies.

 

UN DÉPLOIEMENT PRESQUE IMPOSSIBLE EN FRANCE

Concrètement, les utilisateurs doivent activer la compétence de Giant Eagle et y relier leurs comptes. Pour une question de sécurité, ils devront créer un profil vocal et un code personnel via Alexa. Ils pourront ensuite recevoir des rappels basés sur les informations contenues dans leurs ordonnances. Amazon veut rassurer sur l'utilisation de ces données sensibles en déclarant que "les interactions dans ce domaine seront supprimées dans l'application Alexa pour en préserver la confidentialité".

 

Même si cette fonctionnalité est vouée à s'appliquer plus largement aux Etats-Unis, il y a peu de chance de la voir débarquer en France où la vente de médicaments est très strictement encadrée. Depuis le 2 janvier 2013, certains pharmaciens inscrits sur une liste gérée par l'Ordre national des pharmaciens peuvent vendre des médicaments en ligne. Mais seulement ceux non soumis à prescription. 

 

Amazon à l'assaut de la santé

Amazon continue sa percée dans le secteur très juteux de la santé. "Alexa et le secteur de la santé n'en sont encore qu'au premier jour", déclare à ce sujet Rachel Jiang. Fin octobre 2019, le géant américain a acquis la start-up Health Navigator, spécialisée dans la télémédecine. Ce service doit s'articuler avec Amazon Care, une clinique virtuelle à destination des employés de Seattle dévoilée en septembre 2019. 

 

Cet enracinement dans le secteur de la santé éveille des soupçons voire des angoisses. Le Washington Post relayait les paroles d'experts alertant sur la protection des données dans un article publié le 30 novembre 2018. "Que se passe-t-il, par exemple, lorsqu'une entreprise qui a accès à nos listes de courses hebdomadaires, à nos habitudes alimentaires et à nos assistants personnels s'implique également dans nos soins médicaux ?", s'interrogeaient les spécialistes. Les craintes ont enflé avec l'annonce d'un partenariat entre Amazon Alexa et le National Health Service (NHS) en juillet 2019.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media