Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Aux Etats-Unis, on reparle des armes connectées

Vu ailleurs Deux sociétés ont l'intention de lancer un modèle d'arme à feu "intelligente" en 2022, ce qui pourrait relancer le débat sur ces technologies.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Aux Etats-Unis, on reparle des armes connectées
Aux Etats-Unis, on reparle des armes connectées © SmartGunz

Depuis le temps que l'on parle des armes connectées, il semblerait qu'elles arrivent enfin (ou pas, selon les points de vue) sur le marché américain. Deux fabricants de pistolets intelligents, c'est-à-dire des armes qui ne sont utilisables que par leur propriétaire pour plus de sécurité, ont annoncé des lancements en 2022, rapportait Reuters cette semaine.

LodeStar Works a conçu un pistolet 9 mm à moins de 900 dollars qui s'active à partir de différentes méthodes utilisables seules ou combinées : un lecteur d'empreinte digitale, un système Bluetooth contrôlé par une appli mobile, une puce RFID et un code PIN. SmartGunz, co-fondée par un sénateur du Kansas, a quant à elle présenté un modèle qui est actuellement testé par la police et sera vendu autour de 2000 dollars. Ce dernier fonctionne à l'aide d'une puce RFID qui communique avec une bague que doit porter le détenteur de l'arme pour pouvoir faire feu.

Prévenir les risques d'accident ou de vol
Ces technologies sont censées prévenir les risques liées aux situations où les armes tombent entre les mains d'une autre personne que leur propriétaire : accidents domestiques impliquant des enfants, vol, etc. Rien ne garantit que son propriétaire soit plus intelligent que son arme, mais mise entre d'autres mains, elle devient inutilisable.

Elles sont disponibles depuis plusieurs années, mais jusqu'à présent aucune n'a émergé pour plusieurs raisons : les premiers modèles n'étaient pas suffisamment sécurisés (en 2014, l'allemand Armatix avait lancé un calibre 22 qui s'était aussitôt fait hacker), et ils ont cristallisé la colère à la fois des militants pro-armes et des opposants aux armes à feu. Les premiers craignant une régulation plus stricte du secteur, voire l'interdiction des armes à feu classiques, et les seconds redoutant les risques en termes de sécurité.

D'après un sondage relayé par Gizmodo, moins de 20% des Américains seraient intéressés par l'achat d'une arme à feu intelligente.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.