Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Aux Etats-Unis, un premier vol de drone hors du champ de vision de son opérateur

La Federal Aviation Administration (FAA), l'agence américaine en charge des réglementations aériennes, a autorisé pour la première fois un vol de drone hors du champ de vision de son opérateur. Grâce à son système anticollision et à des radars fixés au sol, l'appareil a pu survoler en toute sécurité un pipeline en Alaska.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Aux Etats-Unis, un premier vol de drone hors du champ de vision de son opérateur
Le drone a parcouru 6 kilomètres le long d'un pipeline en Alaska. © University of Alaska Fairbanks - Sean Tevebaugh

Une équipe de l'Université Alaska-Fairbanks a réalisé le 1er août le premier vol de drone légal avec sortie du champ de vision de l'opérateur. C'est la première fois qu'un drone reçoit une telle autorisation de la Federal Aviation Administration (FAA), l'agence américaine en charge des réglementations et des contrôles concernant l'aviation civile. Ces appareils doivent habituellement rester à tout moment visibles d'un opérateur, même si dans les faits la loi n'est pas toujours respectée.

 

Un parcours de 6 kilomètres

Le drone hybride, qui a débuté son parcours au croisement de la rivière Chatanika et de la route Elliott Highway, a parcouru environ 6 kilomètres le long d'un pipeline. Pour qu'il puisse fonctionner sans contrôle visuel, un système anticollision suffisamment robuste a dû être mis en place. C'est la technologie Casia développée par Iris Automation qui a été choisie pour ce faire. Elle est embarquée sur le drone et épaulée par huit radars dotés d'une visibilité sur 5 nautiques (environ 9 km), qui sont positionnés le long du pipeline. Le but : détecter et éviter les obstacles.

 

Le vol de drone a été réalisé dans le cadre du "Unmanned Aircraft Systems Integration Pilot Program" (IPP), une initiative conjointe du département américain des transports et de la Maison Blanche. Ce programme doit aider à intégrer les drones dans l'espace aérien (jusqu'à 400 mètres d'altitude) et trouver une façon de les faire voler en toute sécurité sans qu'un opérateur n'ait à les superviser à l'œil nu. Il faut aussi que les drones puissent voler de nuit et au-dessus d'êtres humains en toute sécurité. "L'IPP nous aide à proposer de façon sûre, sécurisée et fiable l'intégration des drones dans l'espace aérien américain", précise dans un communiqué Daniel K. Elwell, administrateur de la FAA.

 

De nombreux débouchés dans la logistique et le retail

En Alaska, l'IPP a pour objectifs de monitorer les pipelines trans-Alaska et Swanson River ainsi que de parvenir à livrer du matériel médical dans des zones reculées. Ces opérations doivent pouvoir être menées 24h/24 et toute l'année dans cet Etat qui comporte de nombreuses zones non habitées ou difficiles d'accès.

 

Au-delà de la supervision, les drones pourront être utiles dans les secteurs de la logistique et du retail. UPS a récemment annoncé la création d'une filiale UPS Flight Forward Inc. et a déposé une demande auprès de la FAA afin de certifier sa filiale pour qu'elle puisse utiliser les couloirs aériens. Et UPS est loin d'être la seule société à travailler sur cette technologie. Amazon, Uber Eats ou encore Google se sont aussi lancés dans la course.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media