Tout le dossier Tout le dossier

Avant le CES, le spécialiste du textile connecté Cityzen Sciences tisse des liens avec le Japon

Alors qu'il prépare sa deuxième venue au CES de Las Vegas, où il présentera une nouvelle innovation, le français Cityzen Sciences s'apprête à signer un important partenariat au Japon.

Partager
Avant le CES, le spécialiste du textile connecté Cityzen Sciences tisse des liens avec le Japon

Le spécialiste français du textile connecté Cityzen Sciences a le regard tourné vers le Japon. Fin juin, le ministère de l'Industrie nippon, le METI, lui accordait une subvention pour l'aider à implanter un laboratoire de recherche dans le pays. Ce type d'aide est habituellement réservé aux grands groupes : la start-up lyonnaise est la première société étrangère de cette taille à bénéficier de ce coup de pouce.

Il faut dire que depuis sa création en 2008, la PME fondée par Jean-Luc Errant (qui compte aujourd'hui une cinquantaine de salariés) travaille étroitement avec la Faculté de sciences et de technologies des textiles, au sein de l'université Shinshu, située près de Matsumoto, dans la région de Nagano. Ce n'est donc pas un hasard si les dirigeants de Cityzen Sciences font partie des chefs d'entreprises qui accompagneront le ministre de l'Economie Emmanuel Macron lors d'une visite au Japon, le 24 novembre. La start-up en profitera pour signer un contrat avec une importante marque de spot japonaise. Cet acteur du secteur pourrait commercialiser des produits intégrant les technologies développées par Cityzen Sciences en 2016.

un nouvelle innovation début 2015

D'ici là, la start-up basée à Lyon et à Brest participera au CES Las Vegas, le rendez-vous annuel de l'électronique, pour la deuxième année consécutive, du 6 au 9 janvier 2015. Avec une certitude : son D-shirt y récoltera deux nouveaux prix, après celui reçu en 2014. "Par rapport au prototype présenté il y a un an, nous avons fait beaucoup de progrès, notamment sur la miniaturisation des capteurs", commente le fondateur Jean-Luc Errant. Une version grand public de ce maillot de sport connecté, qui peut enregistrer une multitude de données (température, rythme cardiaque, distance parcourue…) sera commercialisée à partir d'avril 2014 par la marque française CycleLab, spécialiste des accessoires pour cyclistes.

Cityzen Sciences a dans ses cartons un autre prototype de vêtement connecté pour le sport : elle le présentera au salon de Las Vegas.

un modèle b2b2C

La société française n'a pas vocation à vendre elle-même les innovations qu'elle conçoit : ces objets sont des démonstrateurs qui lui permettent de mettre en scène les technologies qu'elle imagine pour mieux convaincre d'autres professionnels. Son cœur de métier : vendre ce savoir-faire à des acteurs de la mode ou du textile, par exemple en partageant avec eux certains brevets relatifs à la méthode d'intégration des circuits électroniques dans les fibres de tissu. En multipliant ce type de contrats, et en concevant des vêtements connectés pour le compte d'autres marques, la start-up vise un chiffre d'affaires de 3 à 5 millions d'euros en 2015, et trois fois plus l'année suivante.

Sylvain Arnulf

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

La santé

Après la fourchette, le biberon : Slow Control s'affirme comme le spécialiste de la nutrition connectée

Technos et Innovations

"Kickstarter est un passage obligé pour tout nouveau fabricant de hardware" selon le PDG d'Optinvent

Logiciels & Applications

Virdys, l'animation 3D pour tous

Start-up

Smart me up, la start-up française qui vous dévisage

Technos et Innovations

3DRudder : les interfaces de demain se contrôleront aussi... avec les pieds

French Tech

Infographie : la French Tech en force au CES 2015

Electronique

Avec son Phantom, Devialet dompte le son

Start-up

Airboxlab et son boitier de suivi de qualité de l'air : on efface tout et on recommence (ou presque)

Start-up

Voxtok veut installer sa box audio dans le salon des mélomanes

Start-up

Matooma, spécialiste du M2M, profite du CES pour lancer son expansion à l'international

CES

CES 2015 : Axelle Lemaire et Emmanuel Macron lancent les start-up à la conquête de l’Ouest

Start-up

R3D3, la poubelle du futur née en France, tente l'aventure américaine

CES

Bodycap et Ob'do font équipe pour faire bouger les seniors

Objets connectés

Avec le Lima, c’est le design qui réinvente le partage de fichiers

Start-up

Prizm : l'objet connecté qui invente la musique sur mesure

Start-up

3D Sound Labs, le son Home Cinema dans un casque

Loisirs numériques

Adways veut industrialiser la vidéo interactive

Start-up

"Au CES, nous sommes comme des business angels pour les start-up françaises", explique Eric Morand d'Ubifrance

Start-up

Busit veut relier services web et objets connectés en mettant l'accent sur la sécurité

CES

La tactique de Ticatag : perfectionner ses balises de localisation

CES

Sezam veut séduire les pros de l'événementiel avec son bracelet NFC

Start-up

Prynt, la start-up française qui fait forte impression

Start-up

Phonotonic transforme votre corps en instrument de musique

La pépite

Sevenhugs connecte le sommeil de la famille

CES

Feeltact, le bracelet connecté qui invente un langage tactile

CES

Myfox compte s'imposer dans les maisons américaines en révélant des produits dédiés au CES

CES

CES 2015 : 120 entreprises françaises à Las Vegas

Start-up

Smokio, l'inventeur français de l'e-cigarette connectée, veut accélérer son développement aux Etats-Unis

Technos et Innovations

Rollkers, les accélérateurs de piétons veulent convaincre outre-Atlantique

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS