Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec Anne Lauvergeon chez Sigfox, les objets connectés ont leur capitaine d'industrie

Pour piloter son développement international, la start-up française Sigfox s'offre les services d'Anne Lauvergeon, l'ancienne patronne d'Areva, qui pilotera son conseil d'administration. Un signal positif pour la filière française des objets connectés.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec Anne Lauvergeon chez Sigfox, les objets connectés ont leur capitaine d'industrie
Avec Anne Lauvergeon chez Sigfox, les objets connectés ont leur capitaine d'industrie © tangi_bertin - Flickr - c.c.

On l'attendait à Bercy ou à la tête d'Orange… Anne Lauvergeon a pris tout le monde de court en débarquant chez Sigfox. Elle dirigera son conseil d'administration. La start-up toulousaine, qui a conçu le premier réseau cellulaire mondial dédié à l'internet des objets, a choisi une femme d'expérience au riche carnet d'adresses pour piloter son développement international.

Sigfox ne manque pas d'ambition : la jeune société, qui compte 60 salariés et est parvenue à lever 27 millions d'euros jusqu'ici, veut s'imposer comme le réseau de référence des objets connectés au niveau mondial. Pour financer ses projets, elle prépare son entrée en bourse. Convoité par de nombreux repreneurs potentiels, Sigfox fait le choix de rester indépendant.

sigfox fleuron de la filière française des objets connectés

L'arrivée d'Anne Lauvergeon est un signal fort alors qu'en France, peu de personnalités de l'industrie s'investissent dans des start-up, contrairement aux Etats-Unis. "En France, le monde du CAC 40 et celui des entreprises innovantes sont trop souvent déconnectés. Pourtant, notre avenir collectif passe par l’innovation, c’est la seule façon pour nous de rester compétitifs face à des pays à bas coûts", estime Anne Lauvergeon dans Les Echos. La dirigeante voit en Sigfox le futur champion qui peut tirer vers le haut toute la filière française de l'internet des objets. "Nous avons raté les smartphones, les tablettes, nous disposons d’une occasion historique avec les objets connectés", s'enthousiasme Anne Lauvergeon.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media