Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec DeepText, Facebook comprendra encore mieux tout ce que vous vous dites

Facebook veut repousser les limites de l'analyse du langage naturel. Avec son nouvel outil DeepText, il pourra comprendre l'argot et distinguer de subtiles nuances dans les messages pour mieux coller aux besoins des utilisateurs... et mieux leur vendre de la publicité. Au risque de braquer les utilisateurs ?

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec DeepText, Facebook comprendra encore mieux tout ce que vous vous dites
Avec DeepText, Facebook comprendra encore mieux tout ce que vous vous dites

Facebook a dévoilé le 1er juin un nouvel outil baptisé DeepText. Il utilise des techniques d'intelligence artificielle (et plus spécifiquement de deep learning, d'où son nom) pour analyser plusieurs milliers de messages par seconde sur Facebook "avec une précision proche de l'humain", et ce dans 20 langues différentes.

 

Avec ce système, l'objectif du réseau social est de mieux appréhender la nature des messages de ses utilisateurs pour leur proposer des services plus pertinents. Par exemple pour distinguer "j'ai besoin d'un taxi" de "je suis dans le taxi" ou "j'ai pris un taxi", mais aussi comprendre "il me faut un VTC dans 20 minutes". Cela va même plus loin, avec l'utilisation d'une nouvelle technique sémantique pour mieux comprendre le langage familier et l'argot (l'exemple donné en anglais est celui de "bro" et "brother").

 

Un rival pour Google Assistant... et leboncoin.fr ?

DeepText sera intégré à l'application de chat Messenger, où il fonctionnera avec des services de transport comme Uber. Il se place ainsi comme un rival direct de Google Assistant, présenté lors de la conférence Google I/O, qui sera intégré à la nouvelle application de messagerie instantanée de Google, Allo.

 

L'outil servira également à mieux déterminer quel message est pertinent pour quelle personne. A terme, il affinera les contenus proposés pour ne retenir que ce qui correspond aux intérêts de l'utilisateur. Clou du spectacle, s'il comprend qu'un utilisateur essaie de vendre quelque chose, il pourra formater automatiquement son message pour y inclure le prix et les détails d'une manière standardisée et simplement à comprendre. Une fonctionnalité qui ne devrait pas ravir les sites de petites annonces comme leboncoin.fr.

 

Lutter contre le harcèlement... et vendre des pubs

Enfin, il améliorera la réactivité de Facebook pour identifier et supprimer les contenus abusifs, dont notamment le harcèlement, les menaces ou les propos à caractère raciste. La prochaine étape pour les équipes de Facebook sera d'allier analyse du texte et analyse de l'image pour arriver à comprendre ce que représente la combinaison des deux.

 

Une démarche ambitieuse et louable, mais qui pourrait se heurter à la méfiance grandissante des utilisateurs face à l'exploitation de leurs données par les géants du numérique. Facebook et Google en ont déjà fait les frais, et il n'est pas dit que ce type de pratique soit mieux reçu à l'avenir.

 

D'autant que derrière toutes ces fonctionnalités se cache la publicité ciblée, dont Facebook et Google ont fait leur spécialité, et qui génère la quasi-totalité de leurs revenus.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale