Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec Epicery, Monoprix compte devenir le leader e-commerce alimentaire en centre-ville

Investisseur minoritaire de la start-up Epicery depuis décembre 2017, Monoprix poursuit cette collaboration avec la volonté de devenir le leader omnicanal du centre-ville. L'Usine Digitale fait le point avec Diane Coliche, CFO du groupe Monoprix, et Edouard Morhange, cofondateur et CEO de la pépite parisienne.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec Epicery, Monoprix compte devenir le leader e-commerce alimentaire en centre-ville
Avec Epicery, Monoprix compte devenir le leader e-commerce alimentaire en centre-ville © Laëtitia Duarte

En décembre 2017, l’alliance d’Epicery, site de livraison de produits des commerçants locaux, et de l’enseigne de Monoprix, naissait d’une volonté commune : créer une plateforme unique combinant deux offres différentes mais complémentaires, destinées aux consommateurs des centres villes. Un peu moins de deux ans plus tard, les deux partenaires reviennent sur les synergies qui les ont poussés à ce rapprochement. "L’offre Epicery s’adresse aux familles citadines pour les produits du quotidien, rappelle Edouard Morhange, cofondateur et CEO d’Epicery. "Monoprix a un ADN de centre-ville et il est dans le sens de notre stratégie d’étendre ce positionnement sur le web", ajoute Diane Coliche, CFO du groupe Monoprix. Depuis près de trois ans, et l’arrivée de Régis Schultz, l’enseigne a entamé une profonde mutation vers le digital.

 

Grâce à son partenariat avec Epicery, qui revendique 10 000 clients en 2018 et une croissance de 15% par mois en moyenne, elle propose en ligne à ses clients l’offre disponible chez les commerçants partenaires et proches de chez eux dans un rayon de 2,5 km : des cavistes, des fromagers, des primeurs ou encore des bouchers et poissonniers. "On recrée en digital la réalité d’un commerce de bouche", poursuit Edouard Morhange. Côté Epicery, les clients ont désormais accès à certains Monoprix et Naturalia (propriété comme Monoprix du groupe Casino) et à une offre d’environ un millier de références pour la première enseigne de 500 chez la seconde.

 

Si la start-up conserve ses bureaux dans le 9e arrondissement parisien et son indépendance, elle doit s’adapter à un grand groupe et à ses méthodes de travail. "Dans une start-up, on a tendance à expérimenter, et à définir le process après. Dans un grand groupe, il y a un modèle précis d’organisation, qu’on ne peut pas faire forcément évoluer, pointe Edouard Morhange. L’un de nos défis, c’est de conserver notre agilité tout en collaborant. Ce que l’on fait rapidement prend un peu plus de temps dans l’enseigne, il faut l’accepter". Pour Diane Coliche, cette alliance a également de profondes conséquences sur la culture d’entreprise. "Notre enseigne a plus de 85 ans, explique-t-elle. Epicery insuffle de l’agilité avec une vraie culture du projet".

 

Fédérer l'offre des commerces de bouche

Pour Epicery, les bénéfices sont nombreux : en étant connectée à un acteur national, la pépite poursuit son développement dans les grandes villes françaises. Présente à Paris et proche banlieue, où elle revendique plus de 350 commerçants partenaires, elle est également présente à Lyon depuis octobre 2017, où elle en compte une cinquantaine. Prochaines étapes : Toulouse, Marseille et Bordeaux, puis les villes moyennes françaises, avec à terme l’objectif de couvrir les 250 villes où Monoprix est présent. "En province, la livraison est plus coûteuse du fait d’une population moins dense qu’à Paris, analyse Edouard Morhange. Monoprix nous permet de mutualiser les coûts logistiques et de livraison mais aussi d’acquérir de nouveaux clients".

 

Pour Monoprix, c’est la possibilité d’ajouter l’offre des commerces de bouche proches d’un point de vente. Fédérer l’offre des commerçants indépendants qui bénéficient d'une solide clientèle de quartier en la combinant à son offre généraliste pour devenir le site alimentaire de référence en centre-ville… Un pari ambitieux à l’heure où Leclerc ne cesse de poser ses pions dans la capitale, au travers du site Leclerc chez moi et des drive piétons. "Nous voulons être le leader omnicanal du centre-ville, avec la meilleure offre produit et les meilleurs services", résume Diane Coliche.

 

En juin prochain, les clients d’Epicery pourront commander les produits des commerces locaux depuis l’application Monoprix, puis sur le site e-commerce en fin d’année. Nouveauté : les magasins serviront de points de retraits pour les commandes passées sur Epicery. Un dispositif qui permet aux consommateurs de profiter de l’amplitude horaire de certains points de vente et à l’enseigne d’augmenter le trafic en magasin. La start-up diversifie quant à elle son activité et s’est récemment lancée dans les ventes privées, permettant à des marques de bénéficier d’un nouveau canal de distribution.

 

Points relais et Amazon Lockers

Le groupe Monoprix a par ailleurs annoncé en mars un partenariat entre le réseau de monop’ et la start-up Bon & Brut, qui permet aux clients de l’enseigne de commander des produits directement auprès des artisans-producteurs via l’application Bon & Brut et se faire livrer au cœur du centre-ville, dans 44 magasins monop’ à Paris et en Ile-de-France, jusqu’à minuit. 

 

Dans le cadre de son partenariat commercial avec Amazon, lancé en septembre 2018, l’enseigne multiplie les nouveaux services, comme l’installation de consignes Amazon Lockers en points de vente, ou la mise à disposition d’une partie de l’offre  aux clients Prime Now dans de nouvelles grandes villes françaises d’ici douze mois. D’ici la fin 2019, 90% des magasins seront par ailleurs éligibles au ClickandCollect. Monoprix mise enfin beaucoup sur l’entrepôt Ocado, opérationnel début 2020, et qui devrait lui permettre d’accélérer sur les délais de préparation de commande et de livraison.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale