Avec Facebook Shops, le réseau social prend d'assaut le secteur de l'e-commerce

Facebook frappe un grand coup dans le secteur de l'e-commerce. L'entreprise vient d'annoncer le lancement d'une fonctionnalité gratuite de boutique en ligne sur le réseau social éponyme ainsi que sur Instagram. Elle se destine en priorité aux petits commerçants, qui sont durement touchés par la crise du Covid-19. Elle apparaît aussi comme une gigantesque marketplace qui risque de chambouler durablement le marché.

Partager
Avec Facebook Shops, le réseau social prend d'assaut le secteur de l'e-commerce

Facebook veut devenir une plate-forme de référence pour l'e-commerce. Mark Zuckerberg a annoncé le 19 mai en vidéo le lancement de Facebook Shops, une fonctionnalité gratuite à destination des commerçants qui leur permet de créer des boutiques en ligne sur Facebook et Instagram.

Le dirigeant explique ce lancement par la crise sanitaire, le confinement ayant des conséquences économiques particulièrement rudes pour les commerçants. Un constat appuyé par une étude interne d'une trentaine de pages, de laquelle il ressort que près d'un tiers des PME américaines ont arrêté leur activité. En conséquence, Facebook voit "de nombreuses petites entreprises se lancer dans le commerce en ligne alors qu'elle n'avait aucune présence sur le web auparavant."

Simplifier l'e-commerce

Facebook laisse beaucoup de flexibilité aux commerçants. La boutique est créée directement sur leur page Facebook ou Instagram existante. Ils peuvent le faire par eux-mêmes en utilisant les outils de Facebook, ou passer par des entreprises spécialisées. Shopify, BigCommerce, WooCommerce, ChannelAdvisor, CedCommerce, Cafe24, Tienda Nube et Feedonomics sont cités parmi les partenaires du projet.

A noter que Facebook et Instagram disposent d'une fonction de paiement intégrée (uniquement disponible aux Etats-Unis), ce qui permet aux entreprises le souhaitant de tout gérer via Shops (Facebook prélevant sa part sur chaque transaction). Mark Zuckerberg n'a pas manqué de rappeler qu'en achetant via Facebook, les données de paiement ne sont stockées qu'en un seul endroit mais donnent potentiellement accès à des millions de boutiques. Désormais prudent en matière de respect de la vie privée, Facebook garantit que les activités d'achat ne sont pas visibles par défaut (mais l'utilisateur peut choisir de partager ce qu'il vient d'acheter à ses amis). Ces activités sont cependant prises en compte par le réseau social pour personnaliser les contenus (notamment publicitaires) qu'il affiche.

Pour les commerçants qui le souhaitent, il est aussi possible de renvoyer les visiteurs vers leur site web au moment de payer. Le service client peut se faire par Messenger, Instagram Direct ou WhatsApp. A terme, Facebook prévoit même qu'il soit possible de regarder un catalogue et d'acheter des produits directement depuis une fenêtre de chat, voire au bas d'une vidéo présentant un produit. Enfin, le réseau social travaille sur l'intégration des programmes de fidélité.

Facebook Shops est d'ores et déjà disponible aux Etats-Unis, mais aucune date n'a été communiquée concernant un lancement à l'international. Cet été, l'entreprise lancera aussi un onglet Shop dédié sur Instagram qui mettra en avant des marques, créateurs et autres produits tendances filtrés par catégories (beauté, maison, etc.).

Un "assistant shopping" dopé à l'intelligence artificielle

Parallèlement à ces annonces, Facebook a dévoilé un nouveau système de vision par ordinateur dédié au shopping. Baptisé Groknet, il est capable de reconnaître automatiquement les caractéristiques d'un objet (couleur, texture, style, motif...) dans une image pour ensuite retrouver précisément le même modèle dans une boutique. Le système permet aussi aux particuliers mettant des objets à vendre sur Facebook Marketplace de remplir automatiquement leur fiche de description. D'après Facebook, le système est deux fois plus précis que la version précédente. Il est même possible d'utiliser une seule photo regroupant plusieurs objets, chacun d'entre eux étant cliquable et renvoyant vers une page produit.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS